Mark Turner

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Turner.

Mark Turner

Description de cette image, également commentée ci-après

Mark Turner en 2010.

Informations générales
Nom de naissance Mark Fremont Turner
Naissance (49 ans)
Wright-Patterson Air Force Base (États-Unis)
Genre musical jazz
Instruments saxophone : ténor, soprano
Influences John Coltrane, Warne Marsh

Mark Turner est un saxophoniste américain de jazz. Ayant grandi en Californie, Turner se forme au ténor lors de ses études à Berklee et se fait remarquer sur la scène new-yorkaise dans les années 1990. Talentueux saxophoniste, son style est imprégné des influences de Warne Marsh, John Coltrane ou Lennie Tristano.


Biographie[modifier | modifier le code]

Mark Turner naît dans l'Ohio, puis vers 4 ans ses parents s'installent au sud de la Californie où il grandit[n 1]. Son environnement est musical puisque ses parents sont férus de musique, notamment de jazz. Turner suit des cours d'art visuel à Long Beach puis en 1987 il choisit de se réorienter vers l'étude musicale en intégrant l'école de musique Berklee College of Music d'où il sort diplômé trois ans plus tard[1].

Au cours de ses études, il apprend dans un premier temps à jouer de la clarinette et c'est adolescent qu'il débute au saxophone alto puis au ténor. Ce sont des cours particuliers de saxophone pris lors de sa période au lycée qui vont véritablement le décider à poursuivre dans cette direction[2]. Lycéen, ses premières influences de saxophoniste sont John Coltrane, Sonny Stitt, Gene Ammons ou encore Sonny Rollins[n 2]. Coltrane est celui qui le marqua le plus, par son caractère, ses idées et la façon dont il les transposait en musique[2]. La découverte de Warne Marsh et de Lennie Tristano lors de ses études à Berklee aura une influence notable sur sa musique[3],[4].

Il s'installe ensuite à La Nouvelle-Orléans où durant près d'un an il travaille aux cotés du pianiste Ellis Marsalis puis entre 1991 et 1992 collabore avec son fils Delfeayo Marsalis et accompagne le tromboniste lors d'une tournée ainsi que pour quelques enregistrements[1]. Il emménage à New York et participe régulièrement à un quartet comprenant son camarade de Berklee, le guitariste Kurt Rosenwinkel et le contrebassiste Rufus Reid. À cette période il collabore aussi avec le pianiste Brad Mehldau et le batteur Leon Parker. Il se fait également remarquer en participant à des concerts aux cotés de musiciens tels que Dave Douglas, Joshua Redman, Slide Hampton, Terence Blanchard et quelques enregistrements avec Jimmy Smith ou le pianiste Jonny King[5]. Après plusieurs séances d'enregistrement en décembre 1994, Turner fait paraître ses premiers albums en leader sur le label néerlandais Criss Cross Jazz, avec notamment Rosenwinkel et Mehldau. Décrochant un contrat sur le label Warner Brothers, Turner enchaîne quatre albums entre 1995 et 2001 qui reçoivent un bon accueil de la critique[1]. En 1999 Turner participe au Newport Jazz Festival. Il est aussi l'un des membres du groupe Fly qu'il constitue en 2003, accompagné par Larry Grenadier à la contrebasse et Jeff Ballard à la batterie.

Style[modifier | modifier le code]

Turner développe au saxophone ténor un jeu particulièrement riche en créativité, alliant intensité et fluidité qui lui permet d'être considéré comme l'un des tous meilleurs musiciens de sa génération[3]. Son phrasé fluide n'est pas sans rappeler celui de Warne Marsh ainsi que des influences de John Coltrane ou Lennie Tristano[6],[3].

Discographie sélective[modifier | modifier le code]

En leader[modifier | modifier le code]

Enregistrement Nom de l'album Label et notes
1994 Yam Yam Criss Cross Jazz.
1994 Two Tenor Ballads Criss Cross Jazz. Un quintet où Tad Shull accompagne Turner au ténor, formant un duo « étonnamment compatible »[6].
1995 Mark Turner Warner Bros.. Avec en particulier Joshua Redman au ténor.
1998 In This World Warner Bros. « Un enregistrement dense et exigeant mais extrêmement satisfaisant »[6].
2000 Ballad Session Warner Bros.
2001 Dharma Days Warner Bros. « L'ambiance générale est fraiche et abstraite »[1].
2004 Fly Savoy Jazz. Un trio avec Jeff Ballard et Larry Grenadier.
2012 All Our Reasons ECM. Quartet avec Ethan Iverson, Billy Hart et Ben Street.
2012 Year of the Snake ECM. Trio avec Jeff Ballard et Larry Grenadier.
2013 Dusk Is A Quiet Place Naïve. Duo avec Baptiste Trotignon.
2014 Lathe of Heaven ECM. Quartet avec Avishai Cohen, Joe Martin et Marcus Gilmore.

Collaborations[modifier | modifier le code]

Liste partielle.

Enregistrement Leader Nom de l'album Label et notes
1994 Leon Parker Above & Below Epic Records.
1995 Jimmy Smith Damn! Verve Records.
1997 Seamus Blake Four Track Mind Criss Cross Jazz.
1998 Reid Anderson Dirty Show Tunes Fresh Sound-New Talent.
1999 Aaron Goldberg Turning Point J Curve Records.
2000 Joshua Redman Beyond Warner Bros. Records.
2000 John Patitucci Imprint Concord Jazz.
2001 Lee Konitz Parallels Chesky Records.
2001 Kurt Rosenwinkel The Next Step Verve Records.
2005 Robert Glasper Canvas Blue Note Records.
2006 Billy Hart Quartet

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il grandit à Cerritos puis Palos Verdes Estates, deux petites villes situées dans le comté de Los Angeles.
  2. Adolescent, ses parents possédaient notamment les albums The Bridge et Sonny Side Up de Sonny Rollins.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) Ian Carr, Digby Fairweather, Brian Priestley, The rough guide to jazz, Rough Guides,‎ , 927 p. (ISBN 978-1-843-53256-9), p. 808.
  2. a et b (en) Fred Jung, « A fireside chat with Mark Turner », sur jazzweekly.com (consulté le 31 mars 2013).
  3. a, b et c Philippe Carles, André Clergeat, Jean-Louis Comolli, Le Nouveau Dictionnaire du jazz, Robert Laffont,‎ , 1457 p. (ISBN 2-221-11592-9), p. 1277.
  4. Rapport du musicien Jimmy Emerzian sur l'influence de Warne Marsh sur Mark Turner, Saxophonist Mark Turner's Stylistic Assimilation of Warne Marsh and the Tristano School.
  5. (en) Steve Huey, « Mark Turner -biography », sur allmusic.com (consulté le 31 mars 2013).
  6. a, b et c (en) Richard Cook, Brian Morton, The Penguin guide to jazz recordings, Penguin,‎ , 1646 p. (ISBN 978-0-141-03401-0), p. 1423.