Marie Parvex

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Marie Parvex
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (42 ans)
Nationalité
Activité

Marie Parvex, née le [1], est une journaliste d'investigation suisse pour le journal Le Nouvelliste.

Biographie et parcours professionnel[modifier | modifier le code]

Elle grandit à Sion en Valais. Elle part à Genève faire sa licence de philosophie, histoire de l’art et espagnol. Au terme de ses études, Marie Parvex se consacre à la danse mais se tourne finalement vers le journalisme en 2008 en étudiant au centre de formation des journalistes et des médias à Lausanne et entame sa carrière comme stagiaire au Nouvelliste.

En 2009, elle s’associe avec Luca Barschel (webmaster) et Eric Felley (journaliste) afin de créer bénévolement le Valais-Mag[2].

En 2011, Marie Parvex succède à Xavier Filliez comme correspondante en Valais du quotidien romand Le Temps. En 2015, elle part 10 mois se former au datajournalisme en travaillant pour le journal La Nación au Costa-Rica et en Argentine et étudier le journalisme d'investigation de lʹUniversité de Columbia à New-York[3]. Elle revient en comme journaliste au journal Le Temps.

Prix[modifier | modifier le code]

Le , Marie Parvex reçoit le prix Jean-Dumur, « pour son rôle dans la révélation au grand public de plusieurs affaires valaisannes, telles que le dossier Giroud ou celui de la pollution au mercure »[4].

En 2021, elle est lauréate du Grand Prix Suva des médias « pour son enquête de 2020 sur les effets des pesticides sur les riverains »[5].

L’affaire Giroud[modifier | modifier le code]

Le [6], Marie Parvex publie un article dans Le Temps qui lance l’affaire Giroud. Elle est la première à dévoiler qu’une enquête fiscale fédérale était en cours contre l’encaveur valaisan. Cet article est le début de plusieurs mois de bataille médiatique ponctuée de scandales, de fausses informations, de rebondissements et de procédures pénales.

Dans cet article, l’encaveur Dominique Giroud est accusé de fraude fiscale. Dominique Giroud reconnait ses erreurs et est condamné sur cela[7].

En avril 2020, on apprend que Marie Parvex était la cible d'un malware envoyé le 28 février 2014, selon le Ministère public, dans le but de soustraire des données sur l'affaire Giroud et dont Dominique Giroud est accusé d'en avoir été le commanditaire[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.wikivalais.ch/index.php/Marie_Parvex « WikiValais »
  2. « Valais-mag - Le journal culturel valaisan », sur valais-mag.ch (consulté le )
  3. « Les voyages forment les journalistes », sur RTS,
  4. Sylvain Besson, « Le Prix Dumur récompense Marie Parvex, correspondante du «Temps» en Valais », Le Temps,‎ (lire en ligne)
  5. « Prix Suva des Médias: la journaliste Marie Parvex récompensée », sur Le Nouvelliste, (consulté le )
  6. « L’Administration fédérale des contributions enquête sur les Caves Giroud », sur www.letemps.ch (consulté le )
  7. « Définitivement condamné, Giroud rembourse son dû », sur 20 Minutes (consulté le )
  8. Romain Carrupt, « Dominique Giroud devant la justice pour le piratage raté de deux journalistes », sur lenouvelliste.ch, (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]