Marcella Sembrich

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Marcella Sembrich
Marcella Sembrich I.png

Sembrich dans le rôle de Rosine vers 1898.

Informations générales
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Wiśniowczyk (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
New YorkVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Tessiture
Fach
soprano léger (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Marcella Sembrich, née le à Wiśniowczyk en Galicie, et morte le à New York, est le nom de scène[1] d'une soprano polonaise, de son vrai nom Prakseda Marcelina Kochańska.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle apprit jeune le violon et le piano, mais c'est Franz Liszt, séduit par sa voix brillante qui l'encouragea en 1874 à étudier le chant[2]. Elle est arrivée à Milan en septembre 1876 à étudier avec l'un des meilleurs professeurs de chant sur le continent, à savoir, Giovanni Battista Lamperti, fils de l'éminent professeur Francesco Lamperti, avec qui elle allait étudier plus tard en 1885. Elle épousa le 5 mai 1877 un professeur du Conservatoire de Lemberg, Wilhelm Stengel (1846-1917)[3]. Elle fit ses débuts sur scène en 1878 à Dresde dans le rôle de Lucia di Lammermoor. Par la suite, elle se produisit dans toutes les grandes villes d'Europe et d'Amérique. Elle joua plus de trente rôles au Metropolitan Opera de New York, avec une prédilection pour celui de Violetta dans La Traviata.

Elle termina sa carrière comme enseignante au Curtis Institute de Philadelphie et à la Juilliard School de New York.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sembrich est le nom de sa mère
  2. Georges Liébert, L'art du chef d'orchestre, Hachette 1988, p.595
  3. Theodore Baker et Nicolas Slonimsky (trad. Marie-Stella Pâris, préf. Nicolas Slonimsky), Dictionnaire biographique des musiciens [« Baker's Biographical Dictionary of Musicians »], t. 3 : P-Z, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins »,‎ (réimpr. 1905, 1919, 1940, 1958, 1978), 8e éd. (1re éd. 1900), 4728 p. (ISBN 2-221-07778-4), p. 3812

Liens externes[modifier | modifier le code]