Marcel Campistron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Marcel Campistron
Image dans Infobox.
Gouverneur Marcel Campistron.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 44 ans)
TunisieVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Conflit
Distinctions

Marcel Campistron est un diplomate français, né le à Madagascar et décédé le en Tunisie.

Biographie[modifier | modifier le code]

En , Marcel Campistron est administrateur de la région du Sine-Saloum à Foundiougne au Sénégal, quand la flotte anglo-française du Général de Gaulle se présente devant Dakar, dans le cadre de l’opération « Menace ».

Le Général écrit avoir envoyé son représentant Claude Hettier de Boislambert « par les coulisses ». Ce dernier sera ainsi reçu par Marcel Campistron, qui a rejoint secrètement la France libre et participe à la préparation de l’opération à Dakar et ses environs, ainsi que son adjoint Antoine Bissagnet.

Après l'échec de l’opération, les trois hommes doivent fuir la répression des Vichystes. Boislambert et Bissagnet seront arrêtés. Campistron réussit à gagner la Gambie avec l'aide de Madior N'Guer. Il laisse derrière lui son épouse et ses six enfants désemparés.

Il est reçu à bord du Westernland par le Général de Gaulle, nommé auprès du gouverneur de l’AEF (décision n°1/dc du 28/10/1940), puis chargé de différentes missions en Afrique et au Levant sous le pseudonyme de « Galbert ». Il est chargé en particulier de visiter les camps de prisonniers français détenus par les Alliés, pour les amener à la cause de la France Libre. Il y réussit pleinement.

En , le général Catroux lui confie la réorganisation de la Sûreté au Levant.

Il est condamné à mort par Vichy, et sa tête mise à prix 100 000 francs.

En 1943, il est affecté dans l’océan Indien et, à la fin de la guerre, il est directeur de cabinet du gouverneur de Madagascar Pierre de Saint-Mart. Sur les instances de ce dernier, il refuse provisoirement sa mutation de retour sur le Sénégal.

Il meurt lors d’une mission en France, dans l'accident d’avion du sur les pentes du mont Zaghouan, en Tunisie. Cité à l’ordre de la Nation le , il est nommé gouverneur à titre posthume.

Décorations[modifier | modifier le code]

  • Chevalier de la Légion d’honneur
  • Médaille de la Résistance
  • Croix de Guerre 1939-1945
  • Ordre du Service distingué
  • Étoile royale de la Grande Comore

Sources[modifier | modifier le code]

  • Charles de Gaulle, Mémoires de guerre, 3 tomes, Plon, 1954-1959.
  • Patrick Girard, De Gaulle : le mystère de Dakar, Calmann-Lévy, 2010.
  • Claude Hettier de Boislambert, Les fers de l’espoir, Plon, 1978.
  • Daniel Rondeau et Roger Stéphane, Des Hommes libres 1940-1945, la France Libre par ceux qui l'ont faite, Grasset, 1997.
  • Henri Dominique Segretain, De Gaulle en échec. Dakar 1940, Éditions M. Fontaine, 1992.
  • Jacques Soustelle, Envers et contre tout, tome 1 : « De Londres à Alger », Robert Laffont, 1947.