Marc Perelman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Marc Perelman
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (66 ans)
Nationalité
Activité
Autres informations
Domaine
Architecture, sociologie du sport

Marc Perelman est un architecte français né le . Il est également essayiste spécialiste du sport[1] et professeur des universités en esthétique à l'Université Paris Ouest-Nanterre La Défense.

Il est l'auteur de plusieurs ouvrages sur l'architecture et la sociologie du sport, notamment en collaboration avec Jean-Marie Brohm, tous deux tenants « de la théorie critique du sport. Pour ces auteurs, le sport constitue le principal facteur d’aliénation de notre temps[2] ». Marc Perelman a également développé une approche très critique de l’œuvre théorique et architecturale de Le Corbusier[3].

Il a créé et dirigé Les Éditions de la Passion de 1986 à 2004. De 2004 à 2014, il a été le directeur de la collection Art et architecture aux éditions Verdier. Il dirige depuis 2007 la collection Livre et société aux Presses universitaires de Paris Nanterre.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Liste non exhaustive.

  • Urbs ex machina. Le Corbusier. Le courant froid de l'architecture, Montreuil, Les Éditions de la passion, 1986
  • Le stade barbare, Mille et une Nuits, 1998, 78 p. (ISBN 2-84205-197-1)
  • Le Football, une peste émotionnelle, avec Jean-Marie Brohm, éd. Folio Actuel, 2006
  • Le sport barbare : Critique d'un fléau mondial, Paris, Éditions Michalon, 2008 (ISBN 978-2841864478)[4]
  • L'Ère des stades : genèse et structure d’un espace historique (psychologie de masse et spectacle total) Infolio, 2010[5]
  • Voir et incarner. Une phénoménologie de l'espace. Corps – architecture – ville, Encre marine, 2015, 464 p. (ISBN 2-35088-086-9)
  • Le Corbusier, une froide vision du monde, Paris, Éditions Michalon, 2015, 256 p. (ISBN 978-2-84186-784-4)
  • Smart stadium. Le stade numérique du spectacle sportif, Paris, L'Échappée, 2016, 96 p. (ISBN 978-2-37309-005-5)

Articles[modifier | modifier le code]

Liste non exhaustive.

  • « Football, une arène barbare », Libération, [6]
  • « Le dopage, c'est l'opium du peuple », Libération, , p. 20[7]
  • « Le vécu en majesté », dans Le Corbusier. L’art de se loger et de le dire, Presses de Paris Nanterre, 2020, 288 p.

Directions et coordinations d'ouvrages[modifier | modifier le code]

  • dir. avec Alain Milon, Le livre et ses espaces, Presses universitaires de Paris Nanterre (Livre et société), 2007, 702 p. (ISBN 978-2-84016-004-5)
  • dir. avec Alain Milon, Les temps du livre, Presses universitaires de Paris Nanterre (Livre et société), 2016, 212 p. (ISBN 978-2-84016-230-8)
  • coord. avec Xavier de Jarcy, Le Corbusier, zones d'ombre, Paris, éditions Non Standard, 2018, 272 p. (ISBN 978-2-9542852-9-0)
  • coord. avec Pierre Hyppolite, Le Corbusier. L’art de se loger et de le dire, Presses de Paris Nanterre (Architecture, littérature et espaces), 2020, 288 p. (ISBN 978-2-84016-365-7)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Homosexualité : le monde sportif français peut-il accepter un Jason Collins ? », sur tv5monde.com, .
  2. Jean-Marc Huitorel, « Marc Perelman. L’Ere des stades », Critique d’art, no 36,‎ (lire en ligne).
  3. http://www.lecourrierdelarchitecte.com/article_6599
  4. Robert Solé, « Marc Perelman : le sport, cette horreur », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  5. L'esprit de ce pamphlet « nuit beaucoup à la crédibilité de l’argumentaire d’un ouvrage qui se veut de référence. Malgré les précautions de ses « prolégomènes », Perelman ne parvient jamais à contenir son rejet viscéral du sport et de son cadre bâti, le stade. Quand l’analyse nécessiterait de la rigueur et de la précision, c’est trop souvent l’aigreur obsessionnelle et les caricatures qui dominent ». Cf Jean-Marc Huitorel, « Marc Perelman. L’Ere des stades », Critique d'art, no 36,‎ .
  6. Marc Perelman, « Football, une arène barbare », Libération,‎ (lire en ligne).
  7. Marc Perelman, « Le dopage, c’est l’opium du sport », Libération,‎ (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]