Marattiales

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L'ordre des Marattiales regroupe des espèces de fougères tropicales uniquement, il n'est pas représenté en Europe. Les Marattiales ne comprennent qu'une seule famille, les Marattiaceae.

Cet ordre de fougères précoces est une des plus anciennes lignées existantes de plantes vasculaires qui ont peu changé au cours des derniers millions d'années qui suivent, de nombreux taxons éteints sont regroupés sous cet ordre ( Pecopteris, Psaronius, Asterotheca, Scolecopteris, Eoangiopteris, Qasimia, Marantoidea, Danaeites, Marattiopsis ).

Marattiaceae[modifier | modifier le code]

La famille des Marattiaceae comporte environ 135 espèces existantes et de nombreux représentants fossiles. Les membres existants sont placés dans six genres : Angiopteris, Christensenia, Danaea, Eupodium, Marattia et Ptisana.

Ils peuvent être facilement distingués des autres fougères par leurs grands rhizomes féculents avec des excroissances, par leurs grandes frondes qui peuvent mesurer jusqu'à 9 mètres de long pour l'espèce Angiopteris teysmanniana originaire de Java, ce sont par ailleurs les plus grandes frondes connues de toutes les fougères. Leurs stipules charnues de chaque côté des pétioles, la présence de ganglions enflés sur rachis sont des traits très caractéristiques pour cette famille. Tous les genres, sauf Christensenia, ont des venations libres.

Les Marattiaceae est l'un des deux groupes de fougères traditionnellement connus sous le nom de fougères eusporangiées, ce qui signifie que le sporange est formé à partir d'un groupe de cellules contre le leptosporangium dans lequel il y a une seule cellule initiale.

Écologie[modifier | modifier le code]

Les Marattiaceae se trouvent dans les forêts tropicales ou subtropicales où la température et l'humidité de l'air restent élevés tout au long de l'année. Alors que Angiopteris et Christensenia préfèrent la forêt tropicale de plaine et grandir dans des habitats partiellement ouverts, Marattia a une préférence pour la forêt de nuages de haute altitude et la forêt semi-décidue dans les régions subtropicales. Danaea pousse surtout dans la canopée fermée, plaine et forêt de montagne tropicale et d'autres, les endroits humides ombragés, le long des berges des cours d'eau, dans les ravins et dolines ou près des chutes d'eau, assez souvent sur des pentes assez raides.

Genres[modifier | modifier le code]

Il existe depuis longtemps quatre genres traditionnels existants (Angiopteris, Christensenia, Danaea et Marattia), mais récemment le genre Marattia a été divisé en trois genres, les deux nouveaux étant Eupodium et Ptisana .

Phylogénie[modifier | modifier le code]

Place au sein des Ptéridophytes[modifier | modifier le code]

Phylogénie des ordres actuels de Ptéridophytes d'après le Pteridophytes Phylogeny Group (2016)[1] :

 Tracheophyta 
 Lycopodiopsida 

 Lycopodiales (lycopdes)




Isoëtales (isoëtes)



Selaginellales (sélaginelles)




  Euphyllophytina  
      Polypodiopsida


    Equisetidae         

 Equisetales (prêles)





Ophioglossidae 

Ophioglossales



 Psilotales (psilotes)






 Marattiidae 

 Marattiales


         Polypodiidae  


 Osmundales




 Hymenophyllales




 Gleicheniales




 Schizaeales




 Salviniales




 Cyatheales














      Spermatophytina      

 (Spermatophyta, les plantes à graines)




Phylogénie de l'ordre[modifier | modifier le code]

Stidd (1974)[2] a publié la première tentative d'investigation des tendances évolutives chez les Marattiales. Elle a comparé les structures de divers genres fossiles et existants.

Hill et Camus (1986)[3] ont examiné les relations génériques à l'aide d'une analyse cladistique de caractères morphologiques et ont proposé une nouvelle classification pour Marattiales. Dans cette étude phylogénétique, ils ont émis l'hypothèse que Christensenia était la soeur d'un clade comprenant Danaea, Marattia et Angiopteris .

Plus récemment, des études moléculaires portant sur Danaea (Christenhusz et al. 2008[4]) et Ptisana (Murdock 2008)[5] ont permis de mieux comprendre les relations individuelles de cette famille.[6]





Ptsiana



Eupodium






Angiopteris



Marattia




Christensenia





Danaea



Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) PPG I (2016), A community‐derived classification for extant lycophytes and ferns. Jnl of Sytematics Evolution, 54: 563-603. doi:10.1111/jse.12229 (lire en ligne)
  2. (en) « Evolutionary Trends in the Marattiales »
  3. Christopher Hill et J M. Camus, « Evolutionary cladistics of Marattialean ferns », Bulletin of the Natural History Museum Botany, vol. 14,‎ , p. 219–300 (lire en ligne, consulté le 30 décembre 2018)
  4. Maarten Christenhusz, « Evolutionary History and Taxonomy of Neotropical Mara�ioid Ferns: Studies of an Ancient Lineage of Plants », Annales Universitatis Turkuensis ser. AII, vol. 216,‎ (lire en ligne, consulté le 31 décembre 2018)
  5. (en) Andrew G. Murdock, « Phylogeny of marattioid ferns (Marattiaceae): inferring a root in the absence of a closely related outgroup », American Journal of Botany, vol. 95, no 5,‎ , p. 626–641 (ISSN 1537-2197, DOI 10.3732/ajb.2007308, lire en ligne, consulté le 31 décembre 2018)
  6. « Marattiaceae », sur tolweb.org (consulté le 31 décembre 2018)

Références taxonomiques[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Marattiales[modifier | modifier le code]

Marattiaceae[modifier | modifier le code]

  1. « Marattiaceae », sur tolweb.org (consulté le 31 octobre 2016)