Lycopodiopsida

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Lycopodiophyta, Lycopodiidae • Lycophytes

Lycopodiopsida
Description de cette image, également commentée ci-après
Le lycopode innovant, du genre éponyme de ce groupe.
Classification ITIS
Règne Plantae
Sous-règne Viridiplantae
Infra-règne Streptophyta
Super-division Embryophyta
Division Tracheophyta
Sous-division Lycopodiophytina

Classe

Lycopodiopsida
Bartl., 1830

Ordres de rang inférieur

Synonymes

  • Lepidophyta Bessey, 1907[1]
  • Lycophyta
  • Lycopodiidae Beketov, 1863
  • Lycopodiophyta D.H.Scott, 1909
  • Microphyllophyta

Les Lycopodiopsides (Lycopodiopsida), couramment appelées lycophytes, sont une classe de plantes vasculaires comprenant notamment les lycopodes et les isoëtes. Dans d'anciennes classifications, elles correspondent à la division des Lycopodiophytes (Lycopodiophyta) séparées en deux classes.
Dans la classification APG III selon Chase et Reveal (2009)[2], elles correspondent à la sous-classe des Lycopodiidées (Lycopodiidae).

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Les Lycophytes forment le groupe le plus primitif des plantes vasculaires actuelles. Ce sont des végétaux à ramifications dichotomique, avec notamment un rhizome ou rhizophore basal dichotomiquement divisé. Leurs feuilles sont sessiles. Il s'agit de végétaux homosporés ou hétérosporés.
L'étude des genres fossiles primitifs démontre que les coiffes de leurs racines sont apparues plus tardivement que chez les autres plantes vasculaires (Euphyllophyta) et a permis d'établir que les racines des lycophytes sont une évolution convergente à celle des autres Trachéophytes. Les racines sont donc apparues deux fois dans l'évolution des plantes vasculaires[3],[4].
Composées de grands arbres durant l'ère Primaire (notamment les genres Sigillaria et Lepidodendron), les Lycophytes ne comprennent plus aujourd'hui que des plantes herbacées. On en compte un millier d'espèces actuelles environ.

Classification[modifier | modifier le code]

Ordres actuels[modifier | modifier le code]

Liste des ordres actuels selon le Pteridophyte Phylogeny Group (2016)[5] et ITIS[6] :

  • (sous-classe Lycopodiidae Beketov, 1863) :
    • Isoëtales Prantl, 1874 – les isoètes (un seul genre actuel)
    • Lycopodiales DC. ex Bercht. & J.Presl, 1820 – les lycopodes
    • Selaginellales Prantl, 1874 – les sélaginelles (un seul genre actuel)

Dans l'ancien systeme à deux classes, Isoëtales et Selaginellales étaient regroupés dans la classe Isoetopsida Rolle, 1885.

Taxons fossiles[modifier | modifier le code]

Liste des ordres fossiles d'après Thomas & Brack-Hanes (1984)[7] et Taylor, T.N. & Taylor, E.L. (1993)[8] :

Le genre † Asteroxylon des Drépanophycales, considéré comme le plus basal, peut être placé à part dans l'ordre † Asteroxylales Koidzumi ex Nakai, 1943.

Bien qu'elles ne possédaient pas de microphylles, les plantes archaïques du groupe zostérophylles ont toujours été rapprochées des lycophytes, voir appelées comme tel. Mais elles constituent un taxon à part et sont aujourd'hui considérées comme un groupe-tronc paraphylétique de la branche des Lycopodiophytines.

Phylogénie[modifier | modifier le code]

Phylogénie des Ptéridophytes actuelles d'après le Pteridophyte Phylogeny Group (2016)[9] :

 Tracheophyta  
      (Lycopodiophytina)  →
  Lycopodiopsida 


  Lycopodiales  –  Lycopodes




 Isoëtales      –      Isoètes



 Selaginellales     –     Sélaginelles






 Euphyllophytina 
  Polypodiopsida  

    Equisetidae 

  Equisetales    –    Prêles





Ophioglossidae  

  Psilotales – Psilotes



  Ophioglossales 





   Marattiidae 

  Marattiales 


 Polypodiidae  

 Osmundales




 Hymenophyllales




 Gleicheniales




 Schizaeales




 Salviniales




 Cyatheales



 Polypodiales  







 




(Spermatophyta)
les plantes à graines

 




Publication originale[modifier | modifier le code]

  • Scott D.H., Stud. Foss. Pl., ed. 2: 616, 617 (1909) (en tant que "Lycopsida").

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. Bessey, Nebraska Univ. Stud. 7: 320 (1907).
  2. (en) Mark Wayne Chase et James Lauritz Reveal, « A phylogenetic classification of the land plants to accompany APG III », Botanical Journal of the Linnean Society, Wiley-Blackwell, Linnean Society of London et OUP, vol. 161, no 2,‎ , p. 122–127 (ISSN 0024-4074 et 1095-8339, DOI 10.1111/J.1095-8339.2009.01002.X, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
  3. (en) Hetherington, A. J., & Dolan, L. (2018). Stepwise and independent origins of roots among land plants. Nature. doi:10.1038/s41586-018-0445-z
  4. Hetherington, A. J., & Dolan, L. (2019). Rhynie chert fossils demonstrate the independent origin and gradual evolution of lycophyte roots. Current Opinion in Plant Biology, 47, 119–126. doi:10.1016/j.pbi.2018.12.001
  5. (en) PPG I (2016), A community‐derived classification for extant lycophytes and ferns. Jnl of Systematics Evolution, 54: 563-603. doi:10.1111/jse.12229 (lire en ligne)
  6. Integrated Taxonomic Information System (ITIS), www.itis.gov, CC0 https://doi.org/10.5066/F7KH0KBK, consulté le 25 avril 2019
  7. Thomas, B. A., & Brack-Hanes, S. D. (1984). A New Approach to Family Groupings in the Lycophytes. Taxon, 33(2), 247. doi:10.2307/1221165
  8. (en) Thomas N. Taylor, Edith L. Taylor, Michael Krings: Paleobotany. The Biology and Evolution of Fossil Plants. Second Edition, Academic Press 2009, (ISBN 978-0-12-373972-8)
  9. (en) Pteridophyte Phylogeny Group et Germinal Rouhan, « A community-derived classification for extant lycophytes and ferns », Journal of Systematics and Evolution, Wiley-Blackwell, vol. 54, no 6,‎ , p. 563–603 (ISSN 1674-4918 et 1759-6831, DOI 10.1111/JSE.12229)Voir et modifier les données sur Wikidata