Maquis de la Soureilhade

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Maquis de la Soureilhade
Logo de l'organisation
Situation
Région Cévennes; France
Création
Dissolution
Siège Ardaillers; commune de Valleraugue, France
Coordonnées 44° 04′ 00″ N, 3° 41′ 50″ E
Organisation
Effectifs 178 en 1944
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Maquis de la Soureilhade
Géolocalisation sur la carte : Languedoc-Roussillon
(Voir situation sur carte : Languedoc-Roussillon)
Maquis de la Soureilhade

Le maquis de la Soureilhade ou maquis d'Ardailles est un groupe de résistants français pendant la Seconde Guerre mondiale. Il était situé dans les Cévennes, à Ardailles (ou Ardaillers), commune de Valleraugue dans le Gard.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le début[modifier | modifier le code]

De 1941 à 1942, le pasteur Laurent Olivès commence à camoufler toutes sortes de personnes poursuivies par la police de Vichy dans les fermes de fidèles de sa paroisse. En 1942, l'instauration du STO accélère l'arrivée de jeunes clandestins qui seront répartis dans les familles et aideront aux travaux des champs.

En , Jean Faucon et Jacques Poujol s'installent à Ardaillès Mas-de-l'église et préparent avec le pasteur Olivès l'ouverture d'une école des cadres du maquis qui verra le jour en au mas Gibert à Ardaillès.

L'attaque d'Ardaillès[modifier | modifier le code]

Il est un peu moins de 10h du matin ce mardi quand une patrouille allemande débarque en side car et scrute le village aux jumelles pendant une minute. Ce jour là il y a entre 25 et 30 maquisards à Ardaillès. Quelques instants plus tard, une colonne motorisée en ordre de combat approche du village, c'est un total de 47 véhicules transportant 350 officiers de la Panzer Division S.S. Hohenstaufen. Les Allemands fouillent, pillent le village et interrogent les habitants sur le maquis et les maquisards. Ils repartiront aux alentours de 14h sans informations sur les maquisards mais un lourd bilan pour le village:

  • Le pillage du village
  • la mort par balle d'un habitant (Émile Nadal)
  • Le rapt de six otages :
    • Émile Eckhardt
    • Hénoc Nadal
    • Louis Carle
    • Désir Jeanjean
    • Fernand Nadal
    • Joël Nadal

Les six otages seront interrogés par la Gestapo, étrangement deux d'entre eux (Fernand et Joël Nadal) seront libérés alors que les autres seront pendus en trois endroits de la ville de Nîmes.

À la suite de cette attaque, le Maquis se divisera en quatre réduits afin d'agir plus discrètement.

Le rassemblement[modifier | modifier le code]

Le , les 178 maquisards d'Ardaillès et les 207 du maquis de Lasalle fusionnent pour créer le maquis Aigoual-Cévennes.

Monuments[modifier | modifier le code]

  • Plaque commémorative située sur la bâtisse "la Soureilhade" qui a servi d'école de cadres, brulée le par les Allemands.
  • Plaque commémorative située sur une fontaine à proximité de l'ancienne école d'Ardaillès.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gérard Bouladou, Les Maquis du Massif Central méridional: (1943-1944), éditions Lacour, 1974, 616 p. (ISBN 2750414164)
  • Robert Poujol, Le Maquis d'Ardaillès et sa part dans le rassemblement Aigoual-Cévennes, 1984.

Liens externes[modifier | modifier le code]