Macario Vitalis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vitalis.
Macario Vitalis
Naissance
Décès
Activité

Macario Vitalis (1898-1989) est un peintre philippin qui a travaillé en France des années 1920 au milieu des années 1980, et plus particulièrement à Puteaux puis Plestin-les-Grèves (Côtes-d'Armor) en Bretagne, petite ville côtière dont il apprécie tout particulièrement les paysages et la lumière. Après des études dans les écoles des Beaux Arts de San Francisco et Philadelphie, il arrive en France au milieu des années 1920. Il appartient alors à l'école de Paris et peint la butte Montmartre et ses abords. Dans les années 1930, il s'installe à Puteaux et fréquent assidument Camille Renault et les artistes qui l'entourent[1]. Son premier contact avec la Bretagne a lieu en 1946, à la suite de sa participation à une colonie de vacances. Il s'y installe en 1957, jusqu'à son retour aux Philippines où il meurt en 1989. Influencé par Jacques Villon, au début de sa carrière, il adopte un style inspiré du cubisme avant de revenir à un style inspiré par l'impressionnisme puis par le pointillisme. Certaines de ses œuvres sont marquées par l'abstraction. Il s'attache à représenter des lieux bien connus des Plestinais (le Pont Moallic, le manoir de la Tour d'Argent, la balise rouge du Pichodour à Toul an Héry, etc.). Il représente aussi des scènes religieuses (en particulier des crucifixions), de vie quotidienne (orchestre, ballerines) et quelques portraits. Il appartient nettement à l'école bretonne de l'après-guerre mais aussi à la peinture philippine, même s'il a quitté son pays très jeune pour y revenir mourir très tard. Il connaît la célébrité à la fin de sa vie, juste avant son retour dans son pays natal. Une rétrospective de son œuvre est organisée à Plestin et l'ambassadeur des Philippine Philippines en France ainsi que la télévision philippine s'y déplacent[2].

Une exposition rétrospective est organisée à l'alliance française de Manille en mars 2011[3] et une sur sa période bretonne à Plestin-les-Grèves du 20 juillet au 15 août 2016[4].

La Poste française lui consacre en juin 2017 un timbre-poste à l'occasion du 70e anniversaire des relations diplomatiques entre la France et la République des Philippines

Œuvres en collections publiques[modifier | modifier le code]

Artothèque de Puteaux, " La maison de Camille "[modifier | modifier le code]

On peut voir des tableaux de ce peintre à l'artothèque de Puteaux, " La maison de Camille "[5] :

  • Vue de l'hôtel de ville, jour de marché
  • Assemblée de 11 personnages dont Camille Renault
  • Vue d'une église (1941)
  • Le colonel Lyautey et le palais de Rabat
  • Vue d'un village normand
  • La boulangerie Bourbonneux
  • Le cabaret
  • Le restaurant de Camille Renault
  • Vue de Paris et portrait de Camille Renault.

Mairie de Plestin-les-Grèves[modifier | modifier le code]

On peut voir à la mairie de Plestin :

  • Vue du pays de Plestin
  • Église et manoirs de Plestin
  • Portrait d'une Plestinaise.

Ambassade des Philippines à Paris[modifier | modifier le code]

  • Un tableau représentant un Groupe de personnages, propriété de l'ambassade des Philippines à Paris, a servi de modèle pour le timbre franco-philippin émis en juin 2017[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bénézit, Dictionnaire critique et documentaire des peintres, Paris,
  2. Yves Coativy, « Macario Vitalis, peintre de la Bretagne (1898-1989) », Les cahiers de l'Iroise, no 221,‎ , p. 134-149
  3. « Gallery News » (consulté le 4 août 2016)
  4. « Exposition - Vitalis », sur www.bretagne-cotedegranitrose.com (consulté le 28 juillet 2016)
  5. « Artothèque de Puteaux / Musée de la Maison de Camille: Macario Vitalis », sur www.artotheque.puteaux.fr (consulté le 28 juillet 2016)
  6. « Timbre : 2017 Philippines - France - Macario Vitalis 1898 - 1989 | WikiTimbres », sur www.wikitimbres.fr (consulté le 2 juin 2017)