Mélika Ouelbani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Melika Ouelbani, née le à Tunis, est une philosophe tunisienne et française appartenant au courant de la philosophie analytique. Ses travaux portent sur la logique, la philosophie de la connaissance et la philosophie du langage. Elle est actuellement professeure à l'université de Tunis et à l'université Paris-Sorbonne (Paris IV).

Biographie[modifier | modifier le code]

Après une thèse de troisième cycle en 1978 à la Faculté des lettres et sciences humaines de Tunis sur la logique et les mathématiques chez Gottlob Frege (direction Jan Sebestik), elle soutient en 1988 un doctorat à l'université Paris-Sorbonne sur « Le projet constructionniste de Carnap »[1] (sous la direction de Maurice Boudot).

Après avoir longtemps enseigné à la Faculté des sciences humaines et sociales de Tunis, elle est depuis 2006 professeur à l’UFR de philosophie de l'université Paris-Sorbonne, et présidente de la SOPHA (Société de philosophie analytique).

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Le projet constructionniste de Carnap : ses origines et ses problèmes, Tunis, Publ. FSHS, 1992.
  • Le dicible et le connaissable : Kant et Wittgenstein, Tunis, Cérès-Productions, 1996.
  • Expérience et connaissance chez B. Russell, Tunis, CPU, 1999.
  • Introduction à la logique mathématique, Tunis, CPU, 2000
  • L'éthique dans la philosophie de Wittgenstein, Tunis, 2004
  • Le Cercle de Vienne, PUF, 2006
  • Qu'est ce que le positivisme ?, Vrin, 2010

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]