Lynden Pindling

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Lynden Oscar Pindling)
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant les Bahamas
Cet article est une ébauche concernant les Bahamas.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pindling.
Sir Lynden Pindling
Fonctions
Premier ministre des Bahamas

(1 an 11 mois et 16 jours)
Élection
Réélection
Monarque Elizabeth II
Prédécesseur Roland Symonette
Successeur Poste supprimé
Premier ministre du Commonwealth des Bahamas

(4 ans 6 mois et 9 jours)
Réélection
Monarque Elizabeth II
Prédécesseur Poste créé
Successeur Poste supprimé

(19 ans 1 mois et 11 jours)
Réélection

Monarque Elizabeth II
Prédécesseur Poste créé
Successeur Hubert Ingraham
Biographie
Nom de naissance Lynden Oscar Pindling
Date de naissance
Lieu de naissance Nassau (Bahamas britanniques)
Date de décès (à 70 ans)
Lieu de décès Nassau
Nationalité bahamienne
Parti politique Progressive Liberal Party
Conjoint Marguerite McKenzie

Lynden Pindling
Premier ministre des Bahamas

Lynden Oscar Pindling (, Nassau - , Nassau) est un homme politique bahamien. Il est généralement considéré comme le « Père de la Nation » des Bahamas, dont il a dirigé le gouvernement sans interruption de 1967 à 1992 et guidé le pays vers l’indépendance en 1973. Il a été chef du Parti libéral progressiste (PLP) de 1965 à 1997 quand il s'est retiré de la vie publique. Il a également été membre du Conseil privé de la reine et anobli en 1983.

Biographie[modifier | modifier le code]

Lynden Oscar Pindling est né à Nassau le d'un père émigré jamaicain devenu policier. Il fait ses études au Bahamas Government High School puis au King's College de Londres où il suit des études de Droit. Il rejoint en 1953 le barreau à Middle Temple avant de retourner aux Bahamas. Cette même année, il participe à la fondation du Parti libéral progressiste dans le but de défendre les intérêts de la majorité noire du pays.

En 1956, il est élu pour la première fois au Parlement des Bahamas où il défend la mise en place du suffrage universel. Il finit par l'obtenir pour les hommes en 1962, mais à la surprise de beaucoup, c'est le Parti bahamien uni de Roland Symonette qui gagne les élections de 1964 et se maintient au pouvoir. La crise engendrée par la défaite mène Lynden Pindling à la tête du parti. Son charisme qui le fait surnommer le « Moïse Noir », le suffrage universel obtenu en 1964, après les élections, et les accusassions de corruption contre Roland Symonette font que le Parti libéral progressiste remporte les élections et Lynden Pindling devient Premier of The Bahama Islands.

Il continue a réclamé l'indépendance, cependant, il noue rapidement des liens solides avec les milieux d'affaire de son pays, comme des États-Unis, en mettant en avant l'industrie du tourisme et particulièrement du jeux et des casinos pour développer le pays. Il finit par obtenir l'indépendance en 1973 et reste à la tête du gouvernement en gagnant toutes les élections entre 1964 et 1992.

Dans les années 1980, il est de plus en plus critiqué pour son autoritarisme, au point que certains quitte le Parti libéral progressiste pour former le Mouvement national libre avec les reste du Parti bahamien uni. De plus, des accusations de participation au trafic international de drogues touchent des proches de Lynden Pindling. Le gouvernement des États-Unis fait alors pression pour qu'il participe d'avantage à la répression du trafic de drogue et que le secteur financier florissant et opaque des Bahamas soit nettoyé. Lynden Pindling mobilise la population noire et joue la carte nationaliste pour protéger ses intérêts et ce qu'il estime être ceux de son pays, mais la récession que connaît le pays au début des années 90 finit par avoir raison de son pouvoir et il perd les élections de 1992 face au Free National Movement dirigé par Hubert Ingrahamet reconnaît sa défaite par les mots : « le peuple de cette grande petite démocratie a parlé de la manière la plus digne et la plus éloquente (et) la voix du peuple est la voix de Dieu ».

Lynden Pindling devient alors le leader de l'opposition au Parlement et surveille particulièrement l'avancée des enquêtes le concernant. Il abandonne la vie publique en 1997, mais son charisme en fait une figure particulièrement écoutée au Bahamas jusqu'à sa mort le