Luis Mizón

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Luis Mizon)
Luis Mizón
Luismizon sete20100729.JPG
Luis Mizón au festival de poésie Voix vives à Sète le 29 juillet 2010.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 80 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Domicile
Activités

Luis Mizón Morales est un poète et romancier chilien né à Valparaíso le [1] et mort le [2]. Il vivait à Paris depuis 1974.

Biographie[modifier | modifier le code]

Luis Mizón arrive à Paris à la suite du coup d'État militaire au Chili[3][Quand ?].

Il est remarqué par Roger Caillois qui traduit Terre prochaine en 1977 et L'Arbre en 1978. Depuis la mort de Caillois, Luis Mizón est régulièrement traduit par Claude Couffon.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Lejos de aquí / Loin d’ici, Al Fragor Ediciones (illustr. d'Javier Marticorena, Palito Wood y Manuel Sanfuentes), 2017.
  • Valparaiso, port des murmures, éditions Méridianes (illustr. d'Alain Clément), 2013
  • Marée Basse suivi de Six arbres, Æncrages & Co, 2012
  • Poèmes 1986-1991 : Passage des nuages, chronique du blanc, L'éclipse, éditions Rhubarbe, 2010
  • L'Oreiller d'argile, Al Manar, 2010
  • Le Comptoir des papillons jaunes, Æncrages & C, 2010
  • Pêcheur de lune, Al Manar, 2009
  • Le Naufragé de Valparaiso, Æncrages & Co, 2008
  • Poème d'eau et de lumière, Al Manar, 2008
  • Voyages et retours, Rhubarbe, 2008
  • l'eSCargot, Æncrages & Co, 2006
  • La Rumeur des îles blanches, La Dragonne, 2005
  • Les Jambes de l'abîme, Dumerchez, Paris, 2005
  • Le Papillon déguisé, Dumerchez, Paris, 2005
  • La Rumeur des Îles blanches suivi de Grand Erg, La Dragonne, Nancy, 2005
  • Jacques Lacarrière. Le sacré bricolage de l'esprit. ed. Jean Michel Place, Paris, 2004
  • Claudio Gay y la Formación de la Identidad Cultural Chilena, Editorial Universitaria, 2001, coll. « Imagen de Chile », , 169 p. (ISBN 978-956-11-1580-4 et 956-11-1580-8, lire en ligne)
  • Anthologie de la poésie précolombienne, avec Zeno Bianu, éd. Le Seuil, 2000
  • Le Songe du figuier en flamme, poèmes traduits par Claude Couffon, éd. Folle Avoine, 1999
  • L'Eucalyptus, poèmes traduits par Laurence Breysse, éd. Rougerie, 1998
  • Barbes du vent, Æncrages & Co, 1997
  • Ombres, éd. André Biren, 1994
  • Jardin des ruines, poèmes traduits par Claude Couffon, éd. Obsidiane, 1992
  • Le Manuscrit du Minotaure, texte traduit par Claude Couffon, éd. Brandes, 1992
  • La Mort de l'Inca, roman, traduit par Claude Couffon, éd. Le Seuil, 1992
  • L'Indien témoignage d'une fascination, essai. Éditions de la Différence, 1992
  • Chevalier transparent, poèmes, éd. La Palimpseste, 1991
  • Le Jardin du Luxembourg, texte traduit par Laurence Breysse, éd. Matarasso, 1991
  • Amazones, poèmes, éd. L'équipement de la pensée, 1991
  • Voyages et retour, poèmes traduits par Claude Couffon, éd. Obsidiane, 1989
  • Noces, texte traduit par Claude Couffon, éd. Brandes, 1988
  • Province perdue, éd. Cahiers de Royaumont, 1988
  • Passion de l'Ile de Pâques, texte traduit par Nathalie Bréaud, éd. La Manufacture, 1988
  • L'Indien témoignage d'une fascination (essai), Éditions de la Différence, 1992
  • Chronique du blanc, Éditions Unes, 1991
  • L'Éclipse, Éditions Unes, 1988
  • Passage des nuages, Éditions Unes, 1986
  • Bassin de pluie, éd. André Biren, 1985
  • Le Rêve d'Adriana, éd. André Biren, 1985
  • Terre brûlée, poèmes traduits par Claude Couffon, éd. Le Calligraphe, 1984
  • Poème du Sud, éd. Gallimard, 1982
  • Máscaras, livre d'art, sérigraphie de Pedro Uhart, 1982, Galerie Biren, Paris

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]