Lucien Rivard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lucien Rivard
Naissance
Montréal, Québec Canada
Décès (à 87 ans)
Laval, Québec Canada
Pays de résidence Canada
Profession
Criminel, trafiquant de drogue


Lucien Rivard ( - ) est un criminel québécois ayant participé, dans les années 1950, au trafic de l'héroïne sur le sol cubain pour le marché nord-américain à l'aide de la French Connection.

Emprisonné à la prison de Bordeaux, il s'en échappe peu de temps après. Repris, il est extradé aux États-Unis, où il est de nouveau emprisonné.

Biographie[modifier | modifier le code]

Lucien Rivard est né le dans la paroisse de Sainte-Cécile à Montréal. Il est le fils de Joseph Rivard et Belzémire Demers. Il s’est marié le à Saint-Maurice-Duvernay à Laval avec Marie Beaupré.

Dans les années 1940, il devient cambrioleur et passeur de drogues[1], il a fait affaire avec la French Connection, qui lui fournit de l'héroïne, durant toute sa carrière de criminel. Il est d'abord considéré comme un escroc insignifiant (petty crook)[2], mais dans les années 1950, il s'établit à Cuba, exploite un casino, s'engage dans le trafic de l'héroïne (dont il contrôle 75 % de la vente, l'importation et l'exportation en Amérique du Nord [réf. nécessaire]) alimenté par les réseaux de la French Connection[réf. nécessaire]. En 1958, il revient à Laval (Québec) et continue ses activités interlopes (drogues, armes, etc.) sous le couvert de l'exploitation de la société « Domaine Idéal »[2].

En 1965, ses activités le conduisent à la prison de Bordeaux au Québec, dont il s'échappe quatre mois plus tard. La légende dit qu'il a escaladé le mur à l'aide d'un boyau d'arrosage, obtenu sous prétexte d'arroser la patinoire de la prison, alors qu'il fait 10 degrés à l'extérieur, mais il aurait en fait corrompu ses gardiens. Sa cavale dure quatre mois avant qu'il soit repris puis extradé vers les États-Unis[3]. Pendant son absence, il écrit des lettres à diverses personnalités, dont Lester B. Pearson, Premier ministre du Canada, dans lesquelles il déclare : « La vie est courte, vous savez. Je n'ai pas l'intention de rester en prison toute ma vie »[4].

Lucien Rivard est mort le à Laval à l'âge de 87 ans.

Conséquences de l'évasion de Bordeaux[modifier | modifier le code]

À la suite de l'évasion de Rivard, des soupçons de corruption ont pesé sur le gouvernement canadien. Une enquête a été instituée et Guy Favreau, le ministre de la Justice, a été contraint de démissionner[1].

L'évasion de Rivard a inspiré la chanson The Gallic Pimpernel[2]. Quant à l'agence de presse La Presse canadienne, elle a décerné à l'intéressé le titre de Canadien de l'année 1965 (Canadian Newsmaker of the Year)[5]. En 2006, on annonce le financement de la production du film intitulé Le Piège américain réalisé par Charles Binamé avec l'acteur Rémy Girard dans le rôle titre. Le film sort le [6]. Le scénario est très librement inspiré de la vie de Rivard.

Par ailleurs, en 2008, un livre lui est consacré [7].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Man who triggered Pearson scandal dies », Daily Mercury, Guelph, Ontario, 14 février 2002, p. A.11
  2. a, b et c (en) Alan Hustak, « Rivard rocked Ottawa: Drug-smuggler and escape artist dies peacefully at 83 », The Gazette, Montreal, Québec: February 14, 2002. pg. A.4.
  3. « Man Who Triggered Pearson Scandal Dies », Daily Mercury, Guelph, Ontario, 14 février 2002, p. A.11
  4. (en) Tu Thanh Ha, « Montreal mobster nearly sank Liberals », The Globe and Mail, Toronto, Ontario, 14 février 2002. p. A.3.
  5. (en) « Newsmakers since 1946 », Trail Times, Trail, B.C.: 27 décembre 2001, p. 13.
  6. (en) « Six Quebec films get green light », The Gazette, Montréal, Québec, 3 décembre 2006. p. A.29.
  7. (fr) Lucien Rivard. Le caïd au cœur du scandale