Lucien Barnier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Barnier.

Lucien Barnier ( - ) est un journaliste scientifique et écrivain français, qui était licencié en lettres.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dans la Résistance, il rencontre Raymond et Lucie Aubrac. Arrêté à la frontière espagnole le 14 janvier 1943, malade, il y perd un rein et sera libéré le 29 octobre. Il rejoint Alger et intègre alors le ministère d'Henri Frenay avec lequel il gardera toujours des liens étroits. Il participe au débarquement dans le Sud de la France avec les Alliés. Après une longue route partagée avec le Parti communiste français (1934-1960) et L'Humanité, il rompt avec ceux-ci en 1960. Il participe alors à la rédaction de plusieurs journaux dont Combat où il rencontre Pierre Desgraupes qui relancera sa carrière de journaliste, il participera à plusieurs émissions de 5 colonnes à la une.

Il fonde avec son épouse Denise Poissant (qui lui donnera deux enfants, Catherine et Christophe) une agence de presse spécialisée dans les domaines scientifiques et médicaux « Science-Service », il sera l'un des précurseurs de la rubrique scientifique à Radio Luxembourg (RTL) (1957-1970) puis c'est France Inter, France 3, ainsi que de nombreux articles pour la Presse quotidienne régionale et nationale (Le progrès de Lyon, Les Dernières Nouvelles d'Alsace, France-Soir, La Dépêche du Midi, Le Provençal, La Voix du Nord, Le Journal du dimanche, ...).

Il est également l'auteur de nombreux ouvrages scientifiques traduits en plusieurs langues : La Terre, planète inconnue (1957), À quoi rêvent les savants soviétiques (1958), Terres du ciel (1963), La télévision entre les lignes (1967), L'odyssée des océanautes (1968), Les années terribles de l'espérance (1972) et J'ai quitté le Parti pour Dieu (1978).

Marié quatre fois, il aura cinq enfants : Jean-Paul, Jean-Pierre, Catherine, Christophe et Aurélie avec son ultime épouse et collaboratrice, Catherine Thoury.

Sa voix si particulière aura marqué plusieurs générations, on peut réécouter quelques-unes de ses émissions sur le site de l'INA.

Il décède le 3 février 1979 des suites d'un cancer.

Distinctions[modifier | modifier le code]