Lovono

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une langue image illustrant les Salomon
Cet article est une ébauche concernant une langue et les Salomon.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Lovono
Alavana
Pays Salomon
Région Vanikoro
Nombre de locuteurs 5 (2007)[1]
Typologie SVO
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-3 vnk
IETF vnk

Le lovono (ou vano ou alavana ou alavano, parfois vanikoro/vanikolo) est une langue moribonde parlée à Vanikoro, dans la province de Temotu aux Salomon. C'est une langue océanienne, de la branche Utupua-Vanikoro du groupe temotu.

Répartition géographique[modifier | modifier le code]

Historiquement, l'île de Vanikoro était divisée en trois districts tribaux bien distincts, chacun associé à une langue particulière : le teanu au nord-est, le tanema au sud, le lovono au nord-ouest[2]. Au cours du XXe siècle, le teanu s'est imposé à toute la population mélanésienne de l'île — et ce, aux dépens du lovono et du tanema, aujourd'hui langues moribondes[3].

Grammaire[modifier | modifier le code]

Comme les autres langues de Vanikoro, le lovono est une langue SVO[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source : A. François.
  2. (fr) Alexandre François, « Carte des langues de Vanikoro » (consulté le 3 janvier 2011).
  3. François (2008).
  4. François (2009).

Références[modifier | modifier le code]

  • Alexandre François, « Mystère des langues, magie des légendes », dans édité par l'Association Salomon, Le Mystère Lapérouse ou le Rêve inachevé d’un roi, Paris, de Conti, Musée national de la Marine, (présentation en ligne, lire en ligne), p. 230-233.
  • (en) Alexandre François, « The languages of Vanikoro: Three lexicons and one grammar », dans Bethwyn Evans, Discovering history through language: Papers in honour of Malcolm Ross, Canberra, Australian National University, coll. « Pacific Linguistics 605 », (lire en ligne), p. 103-126.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]