Louise Crane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Louise Crane
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 83 ans)
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Archives conservées par

Louise Crane, née en 1913 et morte en 1997, est une philanthrope américaine. Elle était l'amie des plus grandes figures littéraires de la ville de New York, notamment Tennessee Williams et Marianne Moore et la compagne de la femme politique républicaine espagnole Victoria Kent.

Biographie[modifier | modifier le code]

« Driftwood », Woods Hole, Massachusetts, une des résidences de Crane et de Victoria Kent[1].

Louise Crane est la fille de Winthrop Murray Crane, ancien gouverneur du Massachusetts, et de Josephine Porter Boardman, cofondatrice du Museum of Modern Art (MoMA).

Dans ce milieu, elle a pu facilement orienter sa vie dans le rôle de mécène des arts. Fervente admiratrice de jazz et de musique orchestrale, elle a notamment initié une série de "café concerts" au MoMA, passant commande d'une œuvre vocale et orchestrale de Lukas Foss. Elle représentante également des musiciens, dont Mary Lou Williams , et collabore avec sa mère dans le parrainage d'œuvres musicales[2].

Louise Crane rencontre Elizabeth Bishop lors d'un voyage de classe à Vassar en 1930. Le couple voyage beaucoup en Europe et achète une maison en 1937 à Key West, en Floride. Alors que Bishop vivait à Key West, Crane retourne quelquefois à New York, développant un intérêt passionné pour Billie Holiday en 1941.

820 Fifth Avenue, l'une des résidences luxueuses où Louise Crane a vécu de nombreuses années.

De 1954 à 1974, Louise Crane édite Ibérica, une revue en espagnol, avec sa partenaire, la femme politique espagnole Victoria Kent[3]. Ibérica s'adresse aux républicains espagnols exilés aux États-Unis. Kent était l'une des grandes opposantes au dictateur Franco. De nombreux écrivains éminents, dont Salvador Madariaga, contribuent alors à Ibérica .

Après le décès de la mère de Louise en 1972, Crane et Kent vivent ensemble à Woods Hole, Massachusetts et à Redding, Connecticut. Crane est l'exécutrice testamentaire de la succession de Marianne Moore après sa mort en 1972.

Crane a également vécu pendant des années dans un appartement de 18 pièces au quatrième étage du 820 Fifth Avenue, un condominium de luxe de Manhattan[2].

Louise Crane et Victoria Kent reposent ensemble au cimetière d'Umpawaug, Redding, Connecticut.

Elle laissent à la postérité les archives Louise Crane and Victoria Kent papers à l'Université de Yale[4].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Louise Crane and Victoria Kent papers », Yale University Library, (consulté le )
  2. a et b "Guide to the Louise Crane and Victoria Kent Papers YCAL MSS 473"
  3. (en) « Victoria Kent and Louise Crane: A Shared Exile | A Spanish cultural event in New York on 11/29/2016 », sur SPAIN arts & culture is the official website for the promotion of Spain's arts and culture in the USA
  4. « Collection: Louise Crane and Victoria Kent papers | Archives at Yale », sur archives.yale.edu

Liens externes[modifier | modifier le code]