Louis Éthis de Corny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Louis Ethis de Corny)
Aller à : navigation, rechercher
Louis Éthis de Corny
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 54 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités

Louis-Dominique Éthis de Corny, né à Metz le 10 novembre 1736 et mort à Paris le 27 novembre 1790, est un officier et administrateur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il était le fils d'un procureur au parlement de Metz dont la famille était originaire du Forez[1]. Il est d'abord avocat, puis secrétaire de l'intendant de Franche-Comté[2]. Il entretient une correspondance avec Voltaire.

Il devient commissaire des guerres et lieutenant-colonel de cavalerie. Commissaire des guerres pendant la guerre d'Indépendance américaine pour l'armée de Rochambeau, il accompagne Lafayette et noue des relations d'amitié avec Jefferson, qu'il recevra régulièrement à Paris durant l'ambassade de ce dernier. En 1783, il est chargé du commissariat des gardes suisses.

Son second [3] mariage (contrat du 24 septembre 1782) avec Marguerite Victoire de Palerne (1787-1832), veuve d'André Denis Foacier de Bagneaux, receveur général des traites à Rouen, le rapproche du milieu des financiers et favorise sa carrière.

En 1785, il quitte la carrière militaire et achète un office de procureur du roi de la ville de Paris ; il se montre dès 1789 un chaleureux partisan de la Révolution. Le 14 juillet 1789, il participe à la prise de la Bastille en tentant une médiation avec le gouverneur de Launay, mais se fait déborder par les assaillants ; Jefferson, son hôte, en rapportera le récit dans son autobiographie.

Il recueille chez lui et forme à l'administration son neveu, fils de sa sœur, Claude-François-Étienne Dupin qui épousera la veuve de Danton, sera préfet sous l'Empire et créé baron par Louis XVIII.

Louis Éthis de Corny a été membre de la Société des Cincinnati. Il était chevalier de Saint-Louis. Il est l'ancêtre à la 5e génération de la mère du prince Gabriel de Broglie.

Il a écrit :

  • Combien il est dangereux d'accorder trop de considération aux talents frivoles, 1768.
  • Essai sur les Hommes illustres de Plutarque, 1772.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Il faisait par tradition remonter sa généalogie à Ethe ou Aedh, roi d'Écosse en 877, mais en fait son grand-père était cabaretier.
  2. C. Brossault, Les intendants de Franche-Comté, 1674-1790, p. 451.
  3. Premier mariage avec Anne de Mangeot dont est issu Charles le 18/08/1763 à Besançon, maire d'Aubevoye, époux de la fille unique Marie-Hélène-Victoire du couple Louis-Bayon.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Samuel Gibiat, Hiérarchies sociales et ennoblissement, Les commissaires des guerres de la Maison du Roi, 1691-1790, Droz, 2006, p. 425.
  • Thierry Claeys, « Un agent de Calonne, Gabriel Palteau de Veymérange », État et société en France aux XVIIe et XVIIIe siècles. Mélanges offerts à Yves Durand, Paris, Presses Paris-Sorbonne, 2000, p. 145 n. 50 (en ligne.)
  • Gabriel de Broglie, « Un compagnon méconnu de La Fayette, Éthis de Corny », Histoire pour tous, décembre 1974, pp. 27-42.