Louis Boumal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boumal.
Louis Boumal
20100713 liege05.JPG
Stèle à la mémoire de Louis Boumal, par Georges Petit, dans le parc de la Boverie à Liège.
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinction
20100713 liege05.JPG
plaque commémorative

Louis Boumal, né le à Liège et mort à Saint-Michel-lez-Bruges le [1], est un écrivain et poète belge en même temps qu'un militant wallon du début du XXe siècle.

Selon la revue Mot à mot, Louis Boumal est un « poète à redécouvrir »[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Louis Boumal signe un premier recueil en 1910, « Poèmes en deuil », puis deux solides études[3] « Renaissance septentrionale au XIVe siècle » et « Diderot et ses amis wallons » en 1912.

Professeur de rhétorique à l'athénée de Bouillon, il consacre un essai historique à cette ville « Une ville wallonne, Bouillon à la fin du XVIIIe siècle » (1914). Il collabore souvent à la revue Wallonia. Il est membre de l'Association des amis de l'art wallon.

Durant la Première Guerre mondiale, il publie des « Lettres de soldat », fonde une revue derrière le front intitulée « Les Cahiers. » Il collabore également à L'Opinion wallonne.

Louis Boumal meurt de la grippe espagnole peu de temps avant la fin des combats qu'il n'avait jamais quittés. Il avait conquis sur le champ de bataille son étoile de lieutenant et avait été fait Chevalier de l'ordre de la couronne.

Un monument a été érigé à sa mémoire au jardin d'acclimatation de Liège.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]