Louis-Camus Destouches

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2012).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Destouches.
Louis-Camus Destouches
Informations générales
Naissance
Décès
Nationalité
Enfant
Palmarès
Distinction

Louis-Camus Destouches, né en 1668, mort à Paris le , officier distingué d'artillerie.

Destouches était chevalier de l'ordre de Saint-Lazare depuis 1690 et devint chevalier de l'ordre de Saint-Louis en 1720, puis commandeur en 1725. Il accomplit une carrière militaire assez brillante dans l'artillerie, ce qui lui valut le surnom de « Canon ».

De sa liaison secrète avec Madame de Tencin, la fameuse romancière et salonnière, naquit en 1717 l'encyclopédiste et mathématicien Jean le Rond d'Alembert qu'il fit placer chez une nourrice et à qui il assurera une rente.

Sainte-Beuve dans ses Causeries du Lundi nous décrit ainsi ce fameux officier : « Destouches, alors âgé de quarante-trois ans servait dans l'artillerie et avec distinction ; il était homme d'esprit, cultivé et goûtait fort Virgile. Avec cela il était dissipé, adonné aux plaisirs. »[1] Quant à Fénelon, dans une lettre qu'il lui écrit en avril 1714, il nous en dresse un portrait similaire : « Pourquoi ce vieil évêque [Fénelon lui-même à 63 ans] aime-t-il tant un homme si profane ? La vérité est que je trouve deux hommes en vous ; vous êtes double comme Sosie, sans aucune duplicité pour la finesse ; d'un côté vous êtes mauvais pour vous-même, de l'autre vous êtes vrai, noble, tout à vos amis. Je finis par un acte de protestation tiré de votre ami Pline le Jeune : Neque enim amore decipior. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sainte-Beuve, Causeries du Lundi, tome II, p. 12.

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]