Lord Energy SA

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Lord Energy SA est une entreprise suisse de courtage pétrolier et d'affrètement maritime spécialisée dans le courtage et le transport des matières premières, notamment en Libye, Algérie et en Russie[1],[2].

La société de trading est mentionnée dans la presse pour plusieurs controverses, dont ses liens avec la mouvance des Frères musulmans, l'islamiste italien Davide Piccardo et Fatima Imama, qui était associée à des sociétés sanctionnées par les USA et l'ONU[3],[4],[5].

Activité et dirigeants[modifier | modifier le code]

Lord Energy SA, initialement Lord Energy Trading AG, a été créée en 2008 par Hazim Nada, fils de Youssef Nada (en), qui est décrit comme étant « l'ambassadeur de l'ombre des Frères musulmans » par le journal Le Temps[6],[7].

Le secrétaire de Lord Energy est Youssef Himmat, fils de Ali Ghaleb Himmat (en) et actuellement président du Femyso (Forum des organisations de jeunesses musulmanes et étudiantes européennes), considéré comme proche des Frères Musulmans[3],[8].

Fatima Imama est membre avec signature individuelle de la société[7].

Lord Energy SA effectue des transferts de ciment vers le Maghreb et rapporte, en retour, du pétrole brut. Youssef Nada était connu pour être le « fournisseur historique en ciment de la Libye de Mouammar Kadhafi »[1].

Lord Energy SA travaille aussi avec la société russe Rosneft[2].

La société achemine entre 3 et 4 million de barils de pétrole par mois et compte des bureaux à Lugano, Singapour et Houston (Texas)[2].

Controverses[modifier | modifier le code]

Selon un article du journal Le Temps, la société Lord Energy SA fait l'objet d'une surveillance de la part du Service de renseignement de la Confédération pour ses liens avec des islamistes radicaux[3].

Le quotidien italien Libero a révélé en janvier 2018 que la société avait fourni un téléphone portable suisse à l'islamiste Davide Piccardo, fils de Hamza Piccardo (it)[4].

Les parents des dirigeants de Lord Energy SA avait été listés sur les listes de sanctions contre Al-Qaeda par les USA et l'ONU, avant d'en être retirés[6]. Le Président George W. Bush avait personnellement mentionné Youssef Nada comme financier d'Al-Qaïda[9].

Fatima Imama a travaillé pour la société Malaysian Swiss Gulf and African Chamber (MIGA), qui a été décrite par la presse américaine comme « une chambre de commerce du terrorisme »[10],[5]. Elle a également été administratrice de Motherland Holding SA, anciennement Iksir Limited Holding, qui a été poursuivie par la justice américaine suite aux attentats du 11 septembre 2001[11],[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « ALGERIE/LIBYE : Les déboires de Lord Energy », Africa Energy Intelligence,‎ (lire en ligne)
  2. a, b et c Julia Payne, « Small Swiss trader Lord Energy enters Russian oil market with CEFC deal », CNBC,‎ (lire en ligne)
  3. a, b et c Sylvain Besson, « Les services secrets suisses ciblent des islamistes pro-Qatar », Le Temps,‎ (lire en ligne)
  4. a et b (it) « Toh, il leader islamico Davide Piccardo indagato. Insulta leghisti ed ebrei, sul suo cellulare... », Libero,‎ (lire en ligne)
  5. a et b « Lord Energy SA : Les réseaux financiers des Frères musulmans en Suisse perdurent… », Mediapart,‎ (lire en ligne)
  6. a et b « La vie secrète de Youssef Nada, ambassadeur de l'ombre des Frères musulmans », Le Temps,‎ (lire en ligne)
  7. a et b Powerneting AG, « Lord Energy SA », sur Handelsregisteramt des Kantons Tessin (consulté le 9 juin 2018)
  8. « Face à la barbarie, oui à l'union, mais pas avec les Frères musulmans! », Le Huffington Post,‎ (lire en ligne)
  9. (en) By Henry Schuster CNN, « CNN.com - Stumbling down the money trail - Jun 8, 2005 », sur edition.cnn.com (consulté le 9 juin 2018)
  10. (en-US) « Possible Saddam-Al Qaeda Link Seen in U.N. Oil-for-Food Program », Fox News,‎ (lire en ligne)
  11. Powerneting AG, « Motherland Holding SA », sur Registre du commerce du canton du Tessin (consulté le 9 juin 2018)
  12. (en) « 12-1476 - In Re: Terrorist Attacks on Se », sur www.gpo.gov (consulté le 9 juin 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]