Lipoprotéine lipase

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La lipoproteine lipase est une hydrolase intervenant dans le métabolisme lipidique. Son gène est LPL situé sur le chromosome 8 humain

Rôles[modifier | modifier le code]

Elle catalyse la réaction :

triacylglycérol + H2O diacylglycérol + carboxylate.

Il s'agit d'une enzyme qui hydrolyse les triglycérides contenus dans les VLDL et les chylomicrons. La lipoprotéine lipase se trouve à la surface des épithéliums vasculaires, au niveau du muscle strié squelettique, des glandes mammaires et surtout au niveau du tissu adipeux.

Sur un modèle animal, il contribue à la résistance à l'insuline et permet une maîtrise du poids[1].

Il y a un système d'activation/ inhibition de cette enzyme qui se fait par les apolipoprotéines C2 (pour l'activation) et C3 (pour l'inhibition). Elle est également inhibé par l'ANGPTL4[2].

En médecine[modifier | modifier le code]

Certaines mutations augmentent l'activité de l'enzyme. l'une d'entre elles, appelée LPLS447X, est présente dans environ un cinquième de la population et serait protectrice contre l'athérome[3],avec un taux sanguin diminué de triglycérides, un taux augmenté de HDL, une morbidité cardio-vasculaire moindre[4].

D'autres mutations entraîne un déficit de l'enzyme avec un déficit familial en lipoprotéine lipase.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Wang H, Eckel RH, Lipoprotein lipase: from gene to obesity, Am J Physiol Endocrinol Metab, 2009;297:E271-88
  2. Yoshida K, Shimizugawa T, Ono M, Furukawa H, Angiopoietin-like protein 4 is a potent hyperlipidemia-inducing factor in mice and inhibitor of lipoprotein lipase, J Lipid Res, 2002;43:1770-1772
  3. Rip J, Nierman MC, Ross CJ et al. Lipoprotein lipase S447X: a naturally occurring gain-of-function mutation, Arterioscler Thromb Vasc Biol, 2006;26:1236-1245
  4. Jensen MK, Rimm EB, Rader D et al. S447X variant of the lipoprotein lipase gene, lipids, and risk of coronary heart disease in 3 prospective cohort studies, Am Heart J, 2009;157:384-390