Lilli Gruber

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gruber.
Lilli Gruber
Lilli Gruber.jpg
Fonction
Députée européenne
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (61 ans)
BolzanoVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
LilliVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Lieux de travail
Formation
Activités
Autres informations
Parti politique

Dietlinde Gruber (née à Bolzano le ), est une journaliste et femme politique italienne, membre du Parti démocrate (PD).

Après avoir présenté pendant des années le TG1, le journal télévisé de 20 heures de la première chaîne italienne Rai 1, Lilli Gruber a siégé au Parlement européen depuis 2004. En septembre 2008 elle en a démissionné pour reprendre son activité journalistique. Elle conduit le programme quotidien Otto e mezzo sur la chaîne italienne La7.

Études[modifier | modifier le code]

Fille du chef d'entreprise de langue allemande Alfred Gruber, Lili grandit à Egna/Neumarkt, dans la province de Bolzano, et fait des études de langues et littératures étrangères à Venise.

Journaliste[modifier | modifier le code]

Lilli Gruber (ph. GianAngelo Pistoia).jpg

C'est à Bolzano/Bozen, sur la chaîne locale Telebolzano, puis à la rédaction régionale de langue allemande puis de langue italienne de la RAI qu'elle commence sa carrière de journaliste. Puis Antonio Ghirelli (it), directeur du journal télévisé de la deuxième chaîne de la RAI, le TG2, la repère pour venir s'occuper de politique étrangère. De 1990 à 2004, elle présente le TG1, le journal télévisé de 20h de la RaiUno, le plus suivi, et devient l'un des visages les plus connus d'Italie. Pour le TG1, elle suit la chute du Mur de Berlin et la guerre en Irak. Après une parenthèse de quatre ans, entre 2004 et 2008, comme députée européenne pour le parti de centre-gauche l'Olivier, elle reprend le chemin du journalisme en dirigeant l'émission politique Otto e mezzo sur La7.

Lilli Gruber a présenté l'émission FocusTV pour la chaîne privée allemande ProSieben, en partenariat avec l'hebdomadaire Focus.

Elle écrit occasionnellement pour les quotidiens italiens La Stampa et le Corriere della Sera.

Elle a participé au Groupe Bilderberg en 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017[1],[2],[3],[4],[5],[6],[7].

Activité politique[modifier | modifier le code]

Critique sur la gestion de la RAI à l'époque du gouvernement de centre-droit de Silvio Berlusconi, elle décide, en 2004, de quitter le service public pour se présenter aux élections européennes sur les listes de l'Olivier dirigée par Romano Prodi. Élue avec plus d'un million de votes pour sa personne, elle a siègé dans les rangs du Parti socialiste européen. Elle a été présidente de la Délégation pour les relations avec les pays du Golfe et membre de la Commission pour les libertés civiles, la justice, et les affaires intérieures et de la Délégation pour les relations avec l'Iran. Elle démissionne du Parlement européen en septembre 2008 pour revenir au journalisme.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (it) « Gruppo Bilderberg: sei italiani nel club dei superpotenti: Mario Monti, Lilli Gruber, Franco Bernabè... (FOTO) », sur L’Huffington Post (consulté le 7 juin 2017).
  2. (it) « Gruppo Bilderberg, quattro italiani nel club dei superpotenti. Entra Monica Maggioni, fuori Lilli Gruber, Alberto Nagel e.. (FOTO) », sur L’Huffington Post, (consulté le 7 juin 2017).
  3. (it) « Gruppo Bilderberg 2015, cinque italiani tra i superpotenti: Lilli Gruber, Mario Monti e... (FOTO) », sur L’Huffington Post, (consulté le 7 juin 2017).
  4. (it) « Gruppo Bilderberg, Lilli Gruber parteciperà al prossimo meeting: insieme a lei altri 4 italiani », Libero,‎ (lire en ligne).
  5. (it) « Gruppo Bilderberg a Dresda, tra gli italiani anche Lilli Gruber e John Elkann », Rainews,‎ (lire en ligne).
  6. (it) « Anche Bilderberg contro Trump? », Trend Online,‎ (lire en ligne).
  7. (it) « Bilderberg 2017: gli italiani invitati | Wall Street Italia », Wall Street Italia,‎ (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]