Ligne 289 (Infrabel)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ligne 289.

Ligne 289
Ligne de Marbehan à l'usine d'embouteillage Nestlé Waters
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Historique
Mise en service 1997
Caractéristiques techniques
Longueur 4,5 km
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification Non électrifiée
Nombre de voies Voie unique
Trafic
Trafic Fret
Schéma de la ligne
BSicon CONTgq.svgBSicon STR+r.svg L 162 : Libramont, Namur
BSicon BHF.svg Marbehan
BSicon ABZgl.svgBSicon CONTfq.svg L 162 : Arlon, Luxembourg
BSicon STR.svg Ligne 155
BSicon ABZgl.svgBSicon STR+r.svg 0,00 Y. Saint Laurent
BSicon STR.svgBSicon KDSTe.svg 4,50 rac. Nestlé waters
BSicon STRl.svgBSicon CONTfq.svg L 155 : Virton, Écouviez

La ligne industrielle 289 est l'une des dernières lignes industrielle posée en Belgique (1997). Elle se débranche de la ligne 155, elle-même en exploitation simplifiée, pour desservir le zoning industriel «Gantaufet» à Étalle et plus précisément l'usine d'embouteillage Nestlé Waters Benelux.

La ligne est posée selon de fortes normes de qualité (rails soudés, travelage serré, ballast généreux), de sorte qu'elle ne nécessitera que peu d'entretien dans le cadre d'une exploitation simplifiée.

Historique[modifier | modifier le code]

Entre 1997 et octobre 2007, l'usine a expédié chaque matin 6 ou 12 wagons bâchés à grande capacité - soit environ 50 % de la production - à destination de la France principalement (via Stockem).

En octobre 2007, le transport a été transféré à la route à la suite d'un changement de politique de la SNCF en matière de wagons isolés.

En mai 2008, la crise pétrolière aidant, un train complet (24 wagons) est à nouveau expédié chaque semaine. Pour éviter la remise en tête à Marbehan, le train s'offre un tour d'Ardennes puisqu'il relie Bertrix vers midi, via Libramont. À Bertrix, la rame est reprise en traction électrique jusqu'à Uckange (Thionville) via Virton et Athus. Un trajet effectué en près de 7 h alors qu'il ne fait qu'une centaine de kilomètres par la route.

Ce nouveau trafic ne durera que quelques mois. En février 2009, une restructuration menace l'usine, faisant peser l'incertitude sur l'avenir de la ligne.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]