Les Prisons imaginaires

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les Prisons imaginaires
Giovanni Battista Piranesi - Le Carceri d'Invenzione - First Edition - 1750 - 01 - Title Plate.jpg

Frontispice de la première édition.

Artiste
Date
Entre 1745 et 1750 ; 1761
Type
Technique

Les Prisons imaginaires (Le carceri d'invenzione en italien) sont une série d'estampes de Giovanni Battista Piranesi, publiée pour la première fois en 1750.

Historique[modifier | modifier le code]

Piranesi commence le travail sur Les Prisons imaginaires en 1745. Il a alors 25 ans, dont 10 ans d'apprentissage et pratique de la gravure et évolue entre Venise et Rome. La date de la première édition des Prisons est incertaine, probablement vers 1749-1750. Cette première édition contient quatorze planches.

En 1761, Piranesi publie une seconde édition, retravaillée et munie de deux planches supplémentaires.

Une dernière réédition, mieux imprimée, est publiée à titre posthume en 1780.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Les Prisons imaginaires mettent en scène des vues architecturales de prisons souterraines imaginaires. Dans ce monde fermé et nocturne, on peut distinguer des voûtes aux proportions monumentales, des ouvertures remplies de barreaux, des escaliers en spirale, des passerelles suspendues ne menant nulle part, des gibets et des roues immenses, des cordages accrochés à des poulies évoquant d'étranges tortures. Le point de vue est bas, rendant l'architecture écrasante. Le frontispice de la première édition les décrit comme des « inventions capricieuses » ; elles dérivent plus des prisons de théâtre que des prisons réelles : à cette époque, les prisons italiennes prennent la forme de petits cachots[1]. L'architecture y est ambiguë : ce ne sont pas des édifices réels ou possibles, les planches contenant un certain nombre d'anomalies spatiales[1]. Les personnages représentés, indiscernables et minuscules, accentuent l'échelle et la complexité des scènes[2].

Analysant la seconde édition, plus sombre que la première, Marguerite Yourcenar décrit « monde factice, et pourtant sinistrement réel, claustrophobique, et pourtant mégalomane (qui) n'est pas sans nous rappeler celui où l'humanité moderne s'enferme chaque jour davantage... ». Elle ajoute : « La véritable horreur des Carceri est moins dans quelque mystérieuses scènes de tourment que dans l'indifférence de ces fourmis humaines errant dans d'immenses espaces, et dont les divers groupes ne semblent presque jamais communiquer entre eux, ou même s'apercevoir de leur respective présence, encore bien moins remarquer que dans un recoin obscur on supplicie un condamné[3] ».

Aucune des planches ne porte de nom. Toutefois, elles ont acquis des titres conventionnels à partir des éléments qu'elles représentent :

  • I - Frontispice
  • II - L'Homme au supplice (ajout de la 2e édition)
  • III - La Tour ronde
  • IV - La Grande galerie
  • V - Les Reliefs de lions (ajout de la 2e édition)
  • VI - Le Brasier fumant
  • VII - Le Pont-levis
  • VIII - L'Escalier aux trophées
  • IX - La Roue géante
  • X - La Plate-forme aux prisonniers
  • XI - L'Arche aux gradins ou L'Arche à parure de coquillage
  • XII - Le Chevalet
  • XIII - Le Puits
  • XIV - L'Arche gothique
  • XV - Le Pilier au réverbère
  • XVI - Le Pilier aux chaînes

Éditions[modifier | modifier le code]

Première édition[modifier | modifier le code]

La première édition des Prisons, publiée vers 1750, comporte 14 gravures sans titres ni numéros ; ces versions originales sont souvent dans un état proche de l'esquisse. Les planches I à IX sont en format vertical, les planches X à XVI en format horizontal.

Deuxième édition[modifier | modifier le code]

En 1761, la deuxième version comporte 16 gravures sans titres mais numérotées de I à XVI ; les planches II et V sont inédites, les 14 autres sont retravaillées, présentant un état plus fini. Comme pour la première édition, les planches I à IX sont en format vertical, les planches X à XVI en format horizontal.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens internes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]