Les Amoureux (Émile Friant)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Les Amoureux
Emile Friant-Les Amoureux-Musée des beaux-arts de Nancy.jpg
Artiste
Date
Type
Art de genre (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Matériau
Hauteur
111 cmVoir et modifier les données sur Wikidata
Collection
Localisation

Les Amoureux, Idylle sur la passerelle ou Soir d'automne, est un des tableaux les plus connus du peintre Émile Friant (1863-1932). Réalisée en 1888, cette huile sur toile de 111 × 145 cm est conservée depuis la même année au musée des beaux-arts de Nancy.

Description[modifier | modifier le code]

Au premier plan, deux personnages discutent, accoudés au parapet de fer au-dessus d'une rivière ou d'un canal. L'homme, au centre, vêtu d'un paletot gris, se penche vers la droite ; il tient une cigarette, le regard tourné vers une jeune femme. Celle-ci, à droite du tableau, portant une robe noire, semble l'écouter, la tête posée sur sa main. Leurs regards ne semblent pas se croiser. Le second plan, flou, presque de style impressionniste, est pris à gauche par la rivière et le ciel qui s'y reflète, à droite par un paysage de forêt ou de parc dont les arbres vont du rouge orangé au vert tendre et bleu à mesure que l'on s'éloigne.

Le décor représenté est le site des Grands-Moulins de Nancy, vu depuis la passerelle du Pont-Cassé[1].

Réalisation[modifier | modifier le code]

La peinture est réalisée en atelier : Friant commence par peintre le décor, avant d'ajouter ses personnages ; chaque modèle pose séparément, permettant de créer ce décalage perceptible dans leurs regards.

Histoire[modifier | modifier le code]

La peinture est présentée pour la première fois au Salon de Nancy de , où elle rencontre un grand succès[2]. Elle est achetée dès l'année suivante par le musée des Beaux-Arts de Nancy[1].

Exposée avec La Toussaint du même auteur ou Les Voluptueux de Victor Prouvé pour illustrer la maîtrise des peintres de l'école de Nancy dans les grands formats et la peinture décorative[3], l’œuvre retient particulièrement l'attention des visiteurs[4].

En 1912, la peinture est victime d'un acte de vandalisme : quelqu'un, que Friant interprète comme un fou, brûle[note 1] la joue gauche de la jeune femme et l’œil droit du jeune homme, atteignant la toile[5],[6],[7]. Si le peintre pense que le réparation sera facile, Il craint alors que ce tableau, auquel il est particulièrement attaché, ne soit définitivement endommagé à plus long terme[5],[6]. Pour Le Figaro et l’Excelsior de l'époque, il s'agit de la preuve du manque de personnel de sécurité au musée des Beaux-Arts de Nancy ; les journaux pointent l'ironie de cet incident qui a lieu alors qu'un inspecteur du ministère des Finances se trouve à Nancy pour examiner les mesures de sécurité prises par les musées suite au vol de la Joconde[5],[7]. L'acte crée une grande émotion dans la ville et le musée est provisoirement fermé[7],[8].

Elle est l’œuvre mise en avant par le musée lorsqu'il réalise une grande rétrospective sur l'artiste en 2017[9],[10].

Interprétation[modifier | modifier le code]

Représentative du mouvement réaliste, elle fait partie, comme La Toussaint, La discussion politique, Les Canotiers de la Meurthe ou Jeune Nancéienne dans un paysage de neige, de la production naturaliste du peintre : « Comme avec Tchekov, on commence à comprendre la vie en s'intéressant aux personnages secondaires. A ce qu'il y a au-delà de l'apparence. On s'aime, on se bat, on marche au bord de la rivière. On s'accoude au parapet en se projetant vers l'avenir. »[11],[4]. La peinture, qui se passe au-dessus de la Meurthe, fait partie des peintures de Friant qui parlent immédiatement à l'expérience des nancéiens, comme s'il s'agissait « d'un ami proche d'un autre temps » auquel tous, jusqu'à la jeune génération habituée aux mises en scènes et aux selfies, peuvent s'identifier[11],[10],[12].

Les regards qui ne se croisent pas, les tons automnaux, la cigarette entre les personnages font penser qu'il s'agit d'une scène de rupture. La jeune femme prête-t-elle réellement attention à ce que lui dit l'homme[4] ?

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La presse de l'époque avance, suivant les sources, l'utilisation d'allumettes, de cigarettes ou d'un cigare

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Musée de Nancy. Catalogue descriptif et annoté : tableaux dessins, statues et objets d'art, (lire en ligne)
  2. « Dossier de presse ː Emile Friant, le dernier naturaliste »
  3. Cécile Bouleau, Éclats : collection du Musée des beaux-arts de Nancy, Paris/Nancy, Somogy, , 229 p. (ISBN 2-85056-879-1 et 978-2-85056-879-4, OCLC 61700751, lire en ligne)
  4. a b et c Breton, Jean-Jacques, 1950- et Williatte, Dominique, L'histoire de l'art pour les nuls, Paris, Éditions First, , 546 p. (ISBN 978-2-7540-0493-0 et 2-7540-0493-9, OCLC 300392457, lire en ligne)
  5. a b et c « Figaro : journal non politique », sur Gallica, (consulté le 30 décembre 2019)
  6. a et b Journal des débats politiques et littéraires, 1er avril 1914 lire en ligne
  7. a b et c « Excelsior : journal illustré quotidien : informations, littérature, sciences, arts, sports, théâtre, élégances », sur Gallica, (consulté le 30 décembre 2019)
  8. « Le Temps », sur Gallica, (consulté le 30 décembre 2019)
  9. Charles Villeneuve de Janti, Redercher et Laurent Hénart, Émile Friant, 1863-1932 : le dernier naturaliste?, Paris/Nancy, Somogy éditions d'art / Musée des beaux-arts de Nancy / Ville de Nancy, 207 p. (ISBN 978-2-7572-1096-3 et 2-7572-1096-3, OCLC 962316287, lire en ligne)
  10. a et b « Toutes les facettes d'Emile Friant enfin révélées dans une rétrospective », sur Franceinfo, (consulté le 30 décembre 2019)
  11. a et b Sophie Laroche et Marion Pacot, 20 ans ! : dans les coulisses du Musée des beaux-arts de Nancy, Gand/Nancy, Éditions Snoëk / Nancy musées, 295 p. (ISBN 978-94-6161-526-8 et 94-6161-526-4, OCLC 1089218055, lire en ligne)
  12. Nathalie Carcaud, Gilles Arnaud-Fassetta et Caroline Évain, Villes et rivières de France, Paris, CNRS éditions, 293 p. (ISBN 978-2-271-11608-6 et 2-271-11608-2, OCLC 1101604515, lire en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Weisberg, G. (1999). Emile Friant et Victor Prouvé: entre naturalisme et symbolisme. In Peinture et Art Nouveau (pp. 40-89). Paris: Musée des Beaux-Arts, Nancy and Réunion des Musées.
  • Richard Thomson (2012) Art of the Actual, Naturalism and Style in Early Third Republic France, 1880-1900, Yale UP. (ISBN 978 0 300 17988 0).
  • Charles Villeneuve de Janti, Redercher et Laurent Hénart, Émile Friant, 1863-1932 : le dernier naturaliste?, Paris/Nancy, Somogy éditions d'art / Musée des beaux-arts de Nancy / Ville de Nancy, 207 p. (ISBN 978-2-7572-1096-3 et 2-7572-1096-3, OCLC 962316287, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]