Leash

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Un leash de surf.
Bracelet néoprène d'un leash.jpg

Le leash (mot anglais signifiant « laisse[1] ») est un accessoire utilisé en sport de glisse pour relier le pratiquant à sa planche. Il lui permet de garder un certain contrôle en cas de chute, facilitant sa récupération et protégeant les autres pratiquants.

Description[modifier | modifier le code]

Les leashs de surf modernes sont composés d'une filin en uréthane ayant une certaine élasticité pour une action d'amortissement, car quand le surfeur tombe la vague continue, parfois avec violence, à entraîner la planche. À la première extrémité est reliée une bande de velcro cousue sur un morceau de néoprene qui s'attache au pied arrière du surfeur (ou au poignet ou bras du bodyboardeur), suffisamment large pour ne pas blesser le surfeur lors des fortes tractions exercées. De l'autre côté, une autre bande velcro cousue sur une sangle, ou une simple garcette, est reliée à la planche. En stand up paddle les leashs sont généralement plus longs, ils sont souvent attachés au mollet pour ne pas gêner les déplacements sur la planche. Dans tous les cas, les leashes ont 1 ou 2 émerillons. Ces émerillons permettent à la corde urethane de rester droite et ne pas s'enrouler autour des pieds

En kite surf deux leashs peuvent être utilisés. Un leash d'aile et un leash de planche. Le leash de planche, pour des raisons de sécurité, ne doit pas avoir d'élasticité. Le rebond de la planche de kite restée liée au pratiquant lors de la chute est une cause d'accident fréquente et une des raisons obligeant à porter un casque. Ces leashs sont souvent constitués d'une sangle et d'un système d'enrouleur à frein et rattrapage automatique. Les leashs de planche sont plutôt réservés aux débutants n'ayant pas encore l'aptitude à récupérer leur planche à la nage tout en contrôlant la dérive due à leur aile. Certaines écoles refusent d'en faire usage du fait de cette dangerosité. Le leash de planche se fixe par des mousquetons, d'un côté à la planche et de l'autre au harnais de navigation. Le leash d'aile continue à relier le pratiquant à son cerf-volant quand celui-ci n'est plus accroché au harnais et que la barre de contrôle est lâchée. Constitué d'un bout d'environ un mètre, deux mousquetons permettent de le fixer d'un côté aux lignes de l'aile, de l'autre au harnais. Il comporte un système de largage rapide permettant au pratiquent, en cas de situation dangereuse, de se désolidariser définitivement de l'aile.

Historique[modifier | modifier le code]

À la naissance du surf, un surfer qui perdait sa planche lors d'une chute devait souvent nager un long moment vers le rivage afin de la retrouver. Les « planches fuyantes » (runaway boards) étaient très gênantes pour le surfeur ainsi qu'un danger pour les autres surfeurs. De plus, la planche pouvait se briser sur les rochers qui constituent le rivage de certains spots.

Une invention française[modifier | modifier le code]

C'est Georges Hennebutte inventeur français, qui eut l'idée en 1958 de relier la planche au surfeur. Il créa une chevillère à velcro reliée à la planche.

Georges Hennebutte ne déposa pas de brevet mais une simple enveloppe Soleau pour son invention surnommée « fil à la patte ». Le leash reviendra quelques années plus tard en France, breveté et en provenance des États-Unis[2].

Revendication américaine[modifier | modifier le code]

En effet, un habitant de Santa Cruz (Californie), Pat O'Neill (le fils du célèbre Jack O'Neill inventeur de la marque O'Neill) est reconnu comme l'inventeur du leash de surf. Ses premiers modèles étaient réalisés avec des tubes chirurgicaux attachés à la planche avec des ventouses.

Lors de la compétition internationale de surf de Malibu en 1971, Pat offrit des leashs à ses compétiteurs. Il fut disqualifié pour en avoir portés. Au cours de l'année suivante, le leash s'est répandu très rapidement à travers tout le monde du surf.

Le père de Pat perdit son œil à cause d'un leash. En effet, les tubes chirurgicaux utilisés dans les premiers modèles permettaient au leash de trop s'étendre et la planche revenait alors très vite vers son propriétaire. Les modèles suivants furent mis au point en utilisant des matériaux moins extensibles comme des sandows[3].

Aujourd'hui, les leashs sont fabriqués en uréthane.

Controverse[modifier | modifier le code]

Les leashs de surf sont encore controversés de nos jours. En effet, bien qu'ils soient acceptés comme un outil indispensable par les shortboardeurs, de nombreux longboardeurs refusent d'en porter arguant que le leash gênerait leurs déplacements le long de la planche.

Pour des raisons de sécurité évidentes, sur les spots de grosses vagues très fréquentés, les longboardeurs refusant de mettre des leashs sont généralement assez mal vus par les autres pratiquants.

Enfin, si le leash est considéré comme un élément de sécurité dans la plupart des cas (il permet de relier le surfeur à sa planche qui flotte mieux que lui), de nombreux accidents et noyades sur les spots de grosses vagues sont dus au leash. Dans les vagues frappant sur fond rocheux ou de coraux (reef break), le leash a en effet tendance à s'accrocher au fond, retenant le surfeur sous l'eau. Ce dernier ne pouvant pas l'ôter de sa cheville à cause de la force du courant.

Références[modifier | modifier le code]