Le Vingtième Siècle (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Le Vingtième Siècle
(The Twentieth Century)
Réalisation Matthew Rankin
Scénario Matthew Rankin
Musique Christophe Lamarche-Ledoux
Peter Venne
Acteurs principaux

Dan Beirne
Catherine St-Laurent
Louis Negin

Sociétés de production Voyelles Films
Pays d’origine Drapeau du Canada Canada (Drapeau : Québec Québec)
Genre Comédie dramatique
Durée 90 minutes
Sortie 2019


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Vingtième Siècle (The Twentieth Century en version originale sous-titrée français) est une comédie dramatique canadienne réalisée par Matthew Rankin, sorti en 2019[1],[2]. Prenant une forme iconoclaste et éclatée, ce premier long métrage est une satire politique librement inspirée des journaux intimes de William Lyon Mackenzie King[3],[4]. Il remporte notamment le prix du meilleur premier long métrage canadien au Festival international du film de Toronto 2019 et le Prix FIPRESCI de la Berlinale[5],[6].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Librement inspiré du parcours de William Lyon Mackenzie King, qui deviendra le premier ministre ayant siégé le plus longtemps dans l'histoire du Commonwealth, Le Vingtième Siècle détourne le récit autobiographique afin de dresser un portrait fantasmagorique, étrangement lucide, d'une identité nationale schizophrène[2],[1],[7]. Ce premier long métrage de Matthew Rankin se déroule à Toronto à l'aube du XXe siècle, tandis que le jeune Mackenzie King (interprété par Dan Beirne) rêve de devenir premier ministre du Canada. Or, sa quête de pouvoir sera tiraillée entre les attentes d'une mère castratrice (Louis Negin), le désir de toute-puissance de Lord Muto (Sean Cullen) et l’idéalisme d'un Québécois mystique (Joseph-Israël Tarte, joué par Annie St-Pierre)[8],[9].

Matthew Rankin signe le scénario, la réalisation et le montage du film.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Sean Cullen incarne le gouverneur général Lord Muto.

Distribution[modifier | modifier le code]

  • Dan Beirne : William Lyon Mackenzie King
  • Catherine St-Laurent : Ruby Elliott
  • Louis Negin : mère de King
  • Mikhaïl Ahooja : Henry Albert Harper
  • Trevor Anderson : Richardson
  • Marie Brassard : Asbestos Miner
  • Kee Chan : Wakefield
  • Sarianne Cormier : Nurse Lapointe
  • Sean Cullen : Lord Muto
  • Martin Dubreuil : John Christian Schultz
  • Richard Jutras : père de King
  • Satine Scarlett Montaz : Charlotte, l'enfant défectueux
  • Emmanuel Schwartz : Lady Violet
  • Brent Skagford : Arthur Meighen
  • Annie St-Pierre : Joseph-Israël Tarte

Analyse[modifier | modifier le code]

Loin d'être une représentation réaliste de l'histoire officielle canadienne, Le Vingtième Siècle détourne la vérité historique au profit d'une réinterprétation fantaisiste et délirante : en résulte un exercice de style loufoque et débridé qui n'est pas sans rappeler les films réalisés par Guy Maddin et produits par Greg Klymkiw au sein du Winnipeg Film Group[8],[1]. Partant d'un récit autobiographique, Matthew Rankin nous entraîne dans un univers formel déjanté, avec une direction artistique surréaliste, fortement influencée par l'expressionnisme allemand et le cinéma de propagande soviétique[13],[8].

Bien que la plupart des protagonistes soient basés sur de véritables figures historiques, Matthew Rankin se permet plusieurs digressions fantaisistes. En effet, même si William Lyon Mackenzie King et Arthur Meighen nourrissaient déjà une inimitié en 1899, ils n'étaient pas encore entrés en politique. Heny Albert Harper, alors simple fonctionnaire fédéral, était un ami proche de Mackenzie King, mort noyé quelques années plus tard[14]. Quant à Lord Minto, ici dépeint comme un dictateur fasciste manigançant afin que les forces armées canadiennes s'impliquent davantage dans la guerre des Boers, il s'agissait d'un gouverneur général plutôt bienveillant dont le mandat avait pris fin avant que Mackenzie King et Arthur Meighen ne soient en politique électorale. Pour finir, le véritable Joseph-Israël Tarte était effectivement un homme politique, bien qu'il n'ait pas simultanément servi avec Mackenzie King et qu'il n'ait jamais été associé au nationalisme québécois.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations et sélections[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Alexandre Fontaine Rousseau, « Critique :The Twentieth Century de Matthew Rankin », 24 images,‎ , p. 146-147 (ISSN 0707-9389, lire en ligne)
  2. a et b Frédéric Bouchard, « Ô Canada : commentaire critique / The Twentieth Century de Matthew Rankin », Ciné-Bulles, vol. 38, no 1,‎ , p. 13 (ISSN 0820-8921, lire en ligne)
  3. (en) Kelly Townsend, « Oscilloscope heads to The Twentieth Century », Playback, sur playbackonline.ca,
  4. André Lavoie, « « Le vingtième siècle »: le King du Canada », Le Devoir,‎
  5. André Duchesne, « Le premier long métrage de Matthew Rankin au FNC », La Presse, sur lapresse.ca,
  6. Charles-Henri Ramond, « The Twentieh Century primé à Berlin », sur filmsquebec.com, (consulté le 25 juin 2020)
  7. Marc Cassivi, « Matthew Rankin : Mackenzie King, pour de faux », sur lapresse.ca, (consulté le 14 juillet 2020)
  8. a b c et d Helen Faradji, « The Twentieth Century : dans la tête de Matthew Rankin », sur ici.radio-canada.ca, (consulté le 14 juillet 2020)
  9. Charles-Henri Raymond, « TIFF 2019: The Twentieth Century meilleur premier film canadien », sur filmsquebec.com, (consulté le 14 juillet 2019)
  10. Radio-Canada, « Le vingtième siècle, de Matthew Rankin à la Cinémathèque », sur ici.radio-canada.ca, (consulté le 14 juillet 2020)
  11. Radio-Canada, « Le premier long métrage de Matthew Rankin est présenté au TIFF », sur ici.radio-canada.ca, (consulté le 14 juillet 2020)
  12. CTVM, « LE VINGTIÈME SIÈCLE de Matthew Rankin en première québécoise au Festival du nouveau cinéma », sur ctvm.info, (consulté le 14 juillet 2020)
  13. André Habib et Simon Laperrière, « « Abominablement canadien » : Rencontre avec Matthew Rankin », sur horschamp.qc.ca, (consulté le 14 juillet 2020)
  14. Catherine Genest, « Avec The Twentieth Century, Matthew Rankin combat le Québec bashing », sur voir.ca, (consulté le 15 juillet 2020)
  15. (en) Staff, « Announcing the TIFF '19 Award Winners », sur tiff.net, (consulté le 4 août 2020)
  16. (en) « Canada's Top Ten », sur tiff.net, (consulté le 5 août 2020)
  17. (en) « CIFF 2019 Jury award winners », sur ciffcalgary.ca, (consulté le 5 août 2020)
  18. FNC, « Palmarès et prix - 48e édition », sur nouveaucinema.ca/, (consulté le 4 août 2020)
  19. CTVM, « Le vingtième siècle (The Twentieth century) de Matthew Rankin à l’affiche dès le 20 décembre 2019 », sur ctvm.info, (consulté le 4 août 2020)
  20. (en) Josh Cabrita, « 20th Annual Canadian Award Winners », sur vancouverfilmcritics.com, (consulté le 5 août 2020)
  21. (en) The jury of FIPRESCI, « 70th Berlinale - Berlin International Film Festival », sur fipresci.org, (consulté le 4 août 2020)
  22. « Prix écrans canadiens canadian - Screen awards for cinematic arts », sur academie.ca, (consulté le 4 août 2020)
  23. Association québécoise des critiques de cinéma, « Prix annuels remis par l'AQCC au meilleur long métrage québécois », sur aqcc.ca, (consulté le 4 août 2020)
  24. a et b Québec Cinéma, « The Twentieth century », sur gala.quebeccinema.ca, (consulté le 4 août 2020)
  25. Charles-Henri Ramond, « Finalistes Prix écrans canadiens 2020 », sur quebeccinema.ca, (consulté le 4 août 2020)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]