Parabole du retour du maître

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le christianisme
Cet article est une ébauche concernant le christianisme.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

La parabole sur Le Retour du Maître incite le chrétien à suivre dans sa vie le chemin des vertus cardinales, et théologales.

Texte[modifier | modifier le code]

« Que vos reins soient ceints, et vos lampes allumées. Et vous, soyez semblables à des hommes qui attendent que leur maître revienne des noces, afin de lui ouvrir dès qu'il arrivera et frappera. Heureux ces serviteurs que le maître, à son arrivée, trouvera veillant! Je vous le dis en vérité, il se ceindra, les fera mettre à table, et s'approchera pour les servir. Qu'il arrive à la deuxième ou à la troisième veille, heureux ces serviteurs, s'il les trouve veillant ! Sachez-le bien, si le maître de la maison savait à quelle heure le voleur doit venir, il veillerait et ne laisserait pas percer sa maison. Vous aussi, tenez-vous prêts, car le Fils de l'homme viendra à l'heure où vous n'y penserez pas »

— Traduction d'après La Bible, Louis Segond, Évangile selon Luc, chapitre 12, versets 35 à 40.

Interprétation[modifier | modifier le code]

Le premier verset résume à lui seul cette parabole : il faut être chaste et suivre les vertus. La lampe fait écho à ce verset :

« Que votre lumière luise ainsi devant les hommes, afin qu'ils voient vos bonnes œuvres, et qu'ils glorifient votre Père qui est dans les cieux »

— Évangile selon Matthieu, chapitre 5, verset 16.

Il faut donc que le croyant attende vertueusement le retour du Rédempteur, Jésus-Christ afin d'accéder au royaume du Ciel. Dans cette parabole le voleur représente la mort, d'après le docteur de l'Église Grégoire le Grand qui l'explique dans son homélie 13 [1]. Ce successeur au ministère de l'apôtre Pierre précise, au chapitre 5 de cette homélie, qu'il faut savoir faire pénitence pour ne pas mourir damné.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Homélies sur les évangiles de Grégoire le Grand, éditions Sainte-Madeleine, pages 152 et suivantes

Voir aussi[modifier | modifier le code]