Les Enfants sur la place publique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Jésus bénit les jeunes enfants, d'après Gustave Doré.

Les Enfants sur la place publique est une illustration employée par Jésus-Christ pour souligner l'inconsistance de la sagese strictement humaine. Relatée dans l'Évangile selon saint Luc (Lc 7:31-35) cette simple comparaison n'est pas à proprement parler une 'parabole'.

L'enfant aux Cerises d'Édouard Manet. Les enfants sont souvent l'exemple de l'innocence.

Texte[modifier | modifier le code]

Évangile selon saint-Luc, chapitre 7, versets 31 à 35 :

« À qui donc comparerai-je les hommes de cette génération, et à qui ressemblent-ils ? Ils ressemblent aux enfants assis dans la place publique, et qui, se parlant les uns aux autres, disent : Nous vous avons joué de la flûte, et vous n'avez pas dansé ; nous vous avons chanté des complaintes, et vous n'avez pas pleuré. Car Jean Baptiste est venu, ne mangeant pas de pain et ne buvant pas de vin, et vous dites : Il a un démon. Le Fils de l'homme est venu, mangeant et buvant, et vous dites : C'est un mangeur et un buveur, un ami des publicains et des gens de mauvaise vie. Mais la sagesse a été justifiée par tous ses enfants. »

D'après la Bible traduite par Louis Segond.

Interprétation[modifier | modifier le code]

Un prêtre, le Père Pujol, explique que nous sommes comme les pharisiens de l'époque de Jésus et que nous préférons le confort de nos vies à la dureté de la foi, et de ses obligations. « Nous aussi nous courrons ce danger. Que de fois nous critiquons tout: si l'Église a dit ceci ou cela, si elle a dit le contraire...; et de même pour Dieu et les autres. Au fond, peut-être inconsciemment, nous voulons justifier notre paresse et notre manque de désir d'une véritable conversion, notre commodité et notre manque de docilité[1].» Pour ce Père, nous ne devons pas avoir peur de nous convertir, et de vivre pleinement notre foi afin d'accueillir le Sauveur qu'est le Messie.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Homélie du Père Pujol sur le mercredi de la 24e semaine du temps ordinaire, deuxième paragraphe [1]