Le Jeu de la miséricordieuse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Jeu de la miséricordieuse ou le Testament du chien
Auteur Ariano Suassuna
Pays Drapeau du Brésil Brésil
Genre Comédie dramatique
Version originale
Langue Portugais
Titre Auto da Compadecida
Éditeur Agir (pt)
Lieu de parution Rio de Janeiro
Date de parution 1955
Date de création
Lieu de création Recife, Théâtre Santa Isabel
Version française
Traducteur Michel Simon-Brésil
Éditeur Éditions Gallimard
Collection Théâtre du monde entier
Lieu de parution Paris
Date de parution
Nombre de pages 103
ISBN 978-2-07-030355-7
Date de création
Metteur en scène Guy Lauzin
Lieu de création Paris,Théâtre de l'Odéon

Le Jeu de la miséricordieuse ou le Testament du chien (en portugais : Auto da Compadecida) est une pièce de théâtre de 1955, écrite par l'auteur brésilien Ariano Suassuna, adaptée en français par Michel Simon-Brésil en 1970.

Version originale[modifier | modifier le code]

C'est avec Auto da Compadecida que Suassuna connaît la célébrité[1]. La première représentation a lieu le à Recife sur la scène du Théâtre Santa Isabel. Après avoir été représentée à Rio de Janeiro en 1957, la pièce reçoit la Médaille d'Or de l’Association brésilienne des critiques de théâtre, et est publiée la même année par la maison d'édition Agir (pt)[2].

Inspirée notamment de la culture populaire de la région du Nordeste, l'œuvre est une « appropriation littéraire des éléments régionaux reliés au folklore universel »[3].

La pièce fait l'objet d'une adaptation sous la forme d'une série télévisée intitulée O Auto da Compadecida, diffusée en sur Rede Globo. Ce titre est aussi celui d'une adaptation cinématographique en 2000.

Version française[modifier | modifier le code]

La première traduction date de 1970 :

Le titre en français reprend des éléments de situation de la pièce. L'histoire démarre par le tour que jouent ses deux employés à la boulangère dont le chien Sardine vient de mourir, en lui faisant croire que ce dernier a laissé un testament. Lorsque les protagonistes seront passés dans « l'autre monde », ils devront compter avec la mère de Dieu, la « Miséricordieuse » — et avec un « Jésus » qui se nomme Emmanuel et qui est noir.

La première représentation de cette adaptation française a lieu le au Théâtre de l'Odéon, dans une mise en scène de Guy Lauzin[5],[6].

La pièce est reprise dans le cloître des Carmes lors du Festival d'Avignon le [7].

Autres versions[modifier | modifier le code]

Hormis en français, la pièce a été traduite en allemand, en anglais, en espagnol et en polonais.

  • (de) (trad. Willy Keller), Das Testament des Hundes oder das Spiel von Unserer Lieben Frau der Mitleidvollen : ein Volksstück aus dem Norden Brasiliens in 3 Akten, 1962, Berlin, Gustav Kiepenheuer Bühnenvertriebs[8] ;
  • (en) (trad. Dillwyn F. Ratcliff), The Rogue's Trial, Berkeley, 1963, University of California Press[9].


La pièce a été adaptée trois fois au cinéma brésilien: A Compadecida (1969), Os trapalhões no Auto da Compadecida (1987) et O Auto da Compadecida (2000). Ce dernier étant très bien accueilli par les critiques [10],[11]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Emorine, Lexique et analyse lexicale de l'Auto da Compadecida : Étude statistique, Porto Alegre, Centro de linguistica aplicada da Pontificia Universidade catolica do Rio Grande do Sul, , 255 p..

Références[modifier | modifier le code]

  1. Mathieu Lindon, « Ariano Suassuna, la voix du Nordeste », Libération, (consulté le 29 juillet 2014)
  2. Idelette Muzart-Fonseca dos Santos, « Ariano Suassuna l'homme, l'œuvre et ses parcours », Plural Pluriel, Revue des cultures de langue portugaise, no 1 « Dossier Ariano Suassuno 80 ans »,‎ (ISSN 1760-5504, lire en ligne, consulté le 30 juillet 2014)
  3. Les Représentations de l'Autre dans l'espace ibérique et ibéro-américain, Presses Sorbonne Nouvelle, , 277 p. (ISBN 978-2-87854-068-0, lire en ligne), « À la recherche de l'Autre brésilien : du modernisme à la culture populaire », p. 187
  4. Voir dans WorldCat la référence OCLC 410039842
  5. [PDF]Présentation par le Théâtre national de Belgique
  6. (notice BnF no FRBNF39467438)
  7. (notice BnF no FRBNF39467439)
  8. Voir dans WorldCat la référence OCLC 253838880
  9. André Heráclio do Rêgo, « Les traductions française et anglaise de l’Auto da Compadecida », Plural Pluriel, Revue des cultures de langue portugaise, no 1 « Dossier Ariano Suassuno 80 ans »,‎ (ISSN 1760-5504, lire en ligne, consulté le 30 juillet 2014)
  10. (pt) « Auto da Compadecida », dans Wikipédia, a enciclopédia livre, (lire en ligne)
  11. « Suassuna aprova "O Auto" de Guel Arraes », sur www.terra.com.br (consulté le 28 février 2020)