Le Baiser (Klimt)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Baiser.
Le Baiser
The Kiss - Gustav Klimt - Google Cultural Institute.jpg
Artiste
Date
Type
Huile et feuille d'or sur toile
Technique
Dimensions (H × L)
180 × 180 cm
Format
carré
Propriétaire
Österreichische Galerie Belvedere
Collection
N° d’inventaire
912Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Österreichische Galerie Belvedere, palais du Belvédère, Vienne (Autriche)

Le Baiser est un tableau du peintre autrichien Gustav Klimt, réalisé de 1908 à 1909. Huile sur toile recouverte de feuilles d'or, elle est conservée au palais du Belvédère à Vienne. Cette œuvre fait partie du Cycle d'or de Klimt et elle est sûrement l'œuvre la plus célèbre du peintre autrichien.

L'auteur lui-même et sa compagne, Emilie Flöge, sont probablement les modèles[1].

Description[modifier | modifier le code]

La toile est un carré dont les deux personnages occupent le centre-haut. Ils représentent un homme qui embrasse une femme sur la joue. Le couple est enlacé. Se tenant debout, et penché sur sa compagne, l'homme est vêtu d'une robe jaune avec des formes géométriques dont des rectangles gris, noir, blanc. Il porte sur la tête une couronne de feuille de lierre. Agenouillée, la femme porte elle aussi une robe jaune mais différente de celle de l'homme, avec des cercles multicolores. Elle porte des fleurs sur la tête. Leurs mains sont visibles : deux se rejoignent sur l'épaule gauche de la femme, la main droite de celle-ci repose sur la nuque de l'homme dont la main gauche sert d'appui à la tête de la femme qui est rejetée en arrière. Le sol à leurs pieds est densément couvert de fleurs et de motifs végétaux, qui tranchent avec un arrière-plan plus uniforme.

Interprétation[modifier | modifier le code]

Dans la littérature la plus récente (Julio Vives Chillida, 2008), l’œuvre a été interprétée, du point de vue de l’iconographie, comme une représentation symbolique du moment où Apollon embrasse la nymphe Daphné, qui se métamorphose en un laurier pour échapper au dieu, selon Ovide (Livre I des Métamorphoses). Cette approche doit être complétée par celle de la frise de Klimt dans la salle à manger du palais Stoclet à Bruxelles, dans laquelle la métamorphose est consommée et donne naissance à un nouveau laurier. C’est une perspective, soutenue par la littérature, qui donne sens à cette œuvre de Klimt dans un contexte iconographique, et pas seulement métaphorique, de l’histoire de l’art.[2]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gilles Néret, Gustav Klimt 1862-1918. Le monde comme une forme féminine, Cologne, éditions Taschen, 2011, 96 p. (ISBN 978-3836531450).
  2. « EL SIGNIFICADO ICONOGRÁFICO DE EL BESO (LOS ENAMORADOS), DE GUSTAV KLIMT. - PDF », sur docplayer.es (consulté le 23 octobre 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • L'Étreinte (couple d'amoureux II), tableau d'Egon Schiele
  • Vives Chillida, Julio (2008). El beso (los enamorados) de Gustav Klimt. Un ensayo de iconografía. Lulu. (ISBN 978-1-4092-0530-2)
  • Julio Vives Chillida, "El significado iconográfico de El beso (los enamorados), de Gustav Klimt", comunicación al primer Coup de Fouet International Art nouveau Congress, Barcelona, junio de 2013.

Liens externes[modifier | modifier le code]