Layachi Hamidouche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Layachi Hamidouche
Transparence, by Layachi Hamidouche.jpg

Transparence.
1989, 65 × 54 cm, acrylique et huile sur toile.

Naissance
Nationalité
Activité

Layachi Hamidouche est un artiste plasticien algérien né le 13 octobre 1947 à Annaba, Algérie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dès son plus jeune âge, Layachi manifeste des prédispositions pour le dessin ; en 1965, il obtient le baccalauréat et fréquente la classe préparatoire de mathématiques supérieures à Alger (1965-1966 ) ; dans son entourage familial, on le prédestinait à des études supérieures. Mais l'univers de rêve propre au dessin et à la peinture en décida autrement. Dès octobre 1966, il commence sa carrière d'enseignant de mathématiques et il se consacrera à l'enseignement et à ... la peinture.

Son inscription au cours de peinture (1968-1969) à l'École Universelle par correspondance de Paris lui permet de parfaire ses connaissances artistiques. Les grands maîtres du clair obscur le fascinent. Les premières œuvres s'en inspireront. Au fil du temps et de la pratique, son style propre va prendre forme : une perpétuelle oscillation entre un symbolisme et un surréalisme[1]qui se côtoient ou s'alternent et souvent se complètent .

La pratique du jeu d'échecs interfère dans son œuvre picturale. Les pièces du jeu, les échiquiers, les pendules, les noms de variantes et de positions apparaissent et accompagnent longuement son cheminement pictural. Au-delà des règles imperturbables qui régissent le jeu, les œuvres peintes durant cette période semblent mettre en évidence l'existence d'une sorte de mécanisme mystérieux qu'il extrapole dans le domaine de la peinture. Cette démarche d'ordre philosophique est probablement un questionnement métaphysique. Le temps qui passe, facteur essentiel du jeu, symbolisé par des pendules, est aussi le côté le plus énigmatique de la condition humaine.

L'autre source d'inspiration qui influença sa peinture est, sans aucun doute, la matière qu'il enseigna .La rigueur dans la construction de l'œuvre, l'agencement précis des éléments du tableau en sont la manifestation la plus évidente . Malgré la densité de certaines œuvres, chaque personnage, chaque objet, chaque élément du décor semble avoir une présence indispensable .

Il reçoit l'hommage de l'Office pour la Culture de la ville d'Annaba en août 1996[2].

La rencontre avec la peinture numérique se fait en 1999. Les possibilités prodigieuses qu'offre l'ordinateur dans le domaine de la création de formes et de manipulations de textures le subjuguent. Le peintre entre de plain-pied dans ce nouveau domaine de l'art contemporain : l'art digital ou numérique . Ses travaux s'orientent vers le mixage des techniques numériques et traditionnelles . L'une des œuvres les plus représentatives de cette période est celle qu'il conçut pour la participation de son pays à 2010-FineArt en Afrique du Sud en 2010[3]. C'est Hocine Ziani qui eut la responsabilité de constituer le groupe des cinq peintres algériens pour le 2010-Fine Art : Hocine Ziani , Layachi Hamidouche , Noureddine Zekara , Rachid Djemaï et Tahar Ouamane[4].

2007 fut l'année des premières expositions de Layachi sur Second Life . Dès ses premières visites dans ce monde , il remarque ses multiples dimensions. Les avatars qui y évoluent ont une relation sans équivoque avec le monde réel . Le peintre a rapidement constaté que Second Life , considéré comme un univers virtuel, emprunte cependant à la réalité tous les rituels qui lui sont spécifiques .Il s'ensuit une longue série d'expositions.

En 2007, l'émission « Une toile, un peintre », diffusée à la télévision algérienne et animée par Mohamed Boukerche, est consacrée à Layachi Hamidouche.

L'œuvre du peintre est imprégnée de son obsession de comprendre la relation entre l'homme et l'univers , et , de son impuissance à trouver des réponses aux questions qui le poursuivent depuis des millénaires . Les œuvres de Layachi sont comme des regards furtifs vers cet océan immense qui est l'intérieur de l'âme . Sa démarche n'est pas fondée sur un raisonnement , elle est essentiellement subjective et proche du rêve . Il semble avoir entrepris son voyage dans la peinture , le domaine du langage des formes et des couleurs , afin d'apporter sa modeste contribution à la quête sans fin et peut-être sans espoir du chemin qui conduira les hommes à entrevoir une infime parcelle de vérité au-delà du voile qui la recouvre . En face de certaines de ses œuvres , on devine cette invitation à l'accompagner , le temps d'un regard .

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Expositions[modifier | modifier le code]

Expositions individuelles[modifier | modifier le code]

  • Théâtre Régional - Annaba, mars 1987[5],[6] ;
  • Maison de la culture - Annaba, décembre 1987 ;
  • Maison de la culture - Annaba, septembre 1989 ;
  • Maison de la culture - Annaba, octobre 1991 ;
  • Cercle de la culture et des arts - Annaba, août 1996 ;
  • Cinémathèque - Annaba, mai-juin 2004 ;
  • Théâtre Régional - Annaba, juillet 2004[7] ;
  • Maison de la culture - Annaba, juin 2005 ;
  • Hôtel Seybouse International, Annaba, juillet 2005 ;
  • Théâtre Régional - Annaba, juillet 2005.

Expositions collectives[modifier | modifier le code]

  • Maison de la culture - Annaba, juillet 1987 ;
  • Mois des arts plastiques à la Maison de la culture - Annaba, décembre 1988 ;
  • Mois des arts plastiques à la Maison de la culture - Annaba, novembre 1989 ;
  • Mois des arts plastiques à la Maison de la culture - Annaba, décembre 1990 ;
  • Mois des arts plastiques à la Maison de la culture - Annaba, mai 2001 ;
  • 6e Salon National des Arts plastiques au Théâtre Régional - Annaba, juillet 2005 ;
  • Théâtre Régional - Annaba, octobre 2005 ;
  • 7e Salon National des Arts plastiques à la Maison de la Culture - Annaba, juin 2006 ;
  • Alger, Capitale de la culture arabe à la Cité des Arts et des Sciences - Alger, janvier 2007 ;
  • Semaine culturelle de la ville de Annaba au Complexe culturel - Bordj Bou-Arreridj, avril 2007 ;
  • 8e Salon National des Arts plastiques à la Maison de la Culture - Annaba, juin 2007 ;
  • Rencontre Maghrébine des Arts Plastiques - Tunisie-Libye-Maroc-Mauritanie-France-Algérie à la Maison de la Culture - Annaba, février 2009 ;
  • 2010 Fine Art[Note 1] - Melrose Arch - Johannesburg (Afrique du Sud), avril-juin 2010[8],[9] ;
  • Rencontre Maghrébine des Arts Plastiques - Maison de la Culture - Annaba , mai 2010.
  • Exposition Nationale des Arts Plastiques - Maison de la culture - Annaba , novembre 2015

Expositions sur Second Life[modifier | modifier le code]

  • 2007-2015. Exposition virtuelle permanente sur le site internet de l'artiste[10].

Pour en savoir plus[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Mansour Abrous, Algérie : Arts plastiques. Dictionnaire biographique (1900-2010), L'Harmattan, , 654 p. (ISBN 978-2-296-13944-2).
  • Ali El Hadj Tahar, « Layachi Hamidouche, peintre : l'homme face à son destin », Tassili Magazine - N°59,‎ (lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Exposition internationale d'arts visuels qui regroupe des artistes des 32 pays qualifiés pour la Coupe du monde de football 2010.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Abrous, p. 330.
  2. Éric Vançon, « Layachi Hamidouche, un étrange voyage mystique », sur le site d'artistO'Rama (consulté le 18 janvier 2015).
  3. (en) « 2010 International FineArt Germany by Galerie-in-Berlin.com - Alle bilder », sur le site de 2010-Fine Art (consulté le 18 janvier 2015).
  4. (en) « 2010 International FineArt Germany by Galerie-in-Berlin.com Algeria », sur le site 2010-Fine Art.
  5. (ar) « Exposition de l'artiste peintre Layachi Hamidouche à Annaba », El Massa,‎ , p. 12.
  6. « Pastels de Hamidouche », El Moudjahid,‎ , p. 12.
  7. « Le club du jeudi (Exposition de Layachi Hamidouche inaugurée par la directrice de la littérature et des arts au Ministère de la culture) », L'Est Républicain,‎ , p. 24.
  8. « Layachi Hamidouche au 2010 Fine Art », sur le site de la galerie d'art Arts Cad (consulté le 28 décembre 2014).
  9. Bari S, « Cinq peintres retenus par la FIFA pour représenter l'Algérie ; Coupe du monde de football 2010 », Le Temps d'Algérie,‎ (lire en ligne).
  10. « Second Life », sur le site de Layachi Hamidouche.