Hocine Ziani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ziani.
Hocine Ziani
Hocine Ziani.jpg

Hocine Ziani

Naissance
Nationalité
Activité

Hocine Ziani (né en 1953 à Dellys, en Algérie)[1] est un artiste plasticien algérien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sa famille habitant la campagne, Hocine Ziani passe ses premières années dans un grand isolement culturel. Il s’inscrit lui-même à l'école à l'âge de 11 ans et s'adonne au dessin en autodidacte. Il est interne dans un collège de comptabilité à Bordj Ménaïel en 1969, puis s’installe à Alger en 1973 pour poursuivre ses études et obtenir un poste de comptable dans une société nationale.

De novembre 1974 à février 1977, il accomplit son service militaire, puis retrouve la comptabilité. Conscient de ses aptitudes artistiques, il laisse tomber en 1978 le métier des chiffres pour celui de la palette et les couleurs. En 1979, il organise sa première exposition individuelle dans une galerie algéroise. Il rejoint d'autres artistes pour fonder le groupe des 35 où figurent notamment Issiakhem, Temam, Khadda, Denis Martinez, Samsom, Kerbouche, Mesli, Ali-Khodja, Louail, Silem, Zoubir, Bourdine et Ouamane.

En 1983, le gouvernement algérien fait appel à tous les plasticiens nationaux pour la fondation d’un musée consacré à l’histoire du pays. Ziani y contribue. Ses œuvres, généralement de grand format, vont enrichir les collections des institutions gouvernementales ou présidentielles. En 1992 s'établit une collaboration avec le marchand d’art Daniel Lasnon. À partir de 1993, ce dernier lui organisera des expositions, individuelles ou collectives, à Paris, Bruxelles et dans quelques grandes villes de France. Hocine Ziani s’installe à Strasbourg en septembre 1994. En 1997, il rejoint l’Opera Gallery, animée par Gilles Dyan, qui présentera son travail dans quasiment tous les continents. Durant plusieurs années, Ziani a fait des envois au Salon. Il est lauréat de plusieurs prix, notamment le Prix de l'Académie des Beaux-Arts, à Paris.

L’emploi d’un vocabulaire plastique riche et séduisant, où dialoguent réalisme, hyperréalisme, impressionnisme et semi abstraction, permet à travers un subtil jeu de contraste entre premier et second plan le jaillissement de la lumière si particulière qui caractérise ses œuvres. Celles-ci enrichissent les collections des institutions gouvernementales et présidentielles en France, Algérie, Maroc, Émirats arabes unis, Venezuela, Cuba, Argentine, la famille royale d’Arabie Saoudite, et sont aussi présentes dans de nombreuses collections privées à travers le monde.

En 2010, Ziani représente l’Algérie à l’exposition internationale de peinture regroupant  les trente-deux pays qualifiés à la Coupe du monde de football, organisée en Afrique du Sud par la Fifa. C’est lui qui est chargé de former le groupe des cinq artistes représentant son pays. Il fait appel à ses confrères Ouamane, Djemai, Hamidouche et Zekara pour se mêler aux 160 artistes participants. Hocine va produire et envoyer à Johannesburg une œuvre inspirée du monde footballistique et du continent africain qui accueille l’événement.

En mars et avril 2013, la ville de Chaumont lui consacre une rétrospective. À cette occasion, Luc Chatel écrivit : « La peinture de Ziani se déploie en genre et sujets divers : histoire de l’Algérie, Venise, natures mortes, portraits ou chevaux. Toutefois, cette pluralité ne saurait masquer la quête constante qui anime le travail de l’artiste : la célébration de la lumière. Chez lui tout est question de nuance et de subtilité. Hocine en explore tous les jeux d’ombres et de reflets, de contrastes et de dégradés. Dans cette recherche inlassable des variations lumineuses, il captive d’emblée l’œil du visiteur le conduisant à s’interroger tant sur l’histoire de l’Algérie, l’âge d’or des civilisations d’Orient ou la simple poésie des objets du quotidien. Peintre figuratif, il crée à partir du réel tout en puisant aux ressources de l’imaginaire, parvenant  à donner à ses peintures une dimension onirique. De cette approche plurielle naît l’œuvre magistrale d’un des plus grands peintres figuratifs d’Afrique du Nord. »

Principales expositions[modifier | modifier le code]

Le Silo bleu, huile sur toile
  • Paris : Galerie de la Place (1993, 1996, 2005)
  • Paris : Opera Gallery (1998, 2000, 2002, 2008)
  • Paris : Galerie Art-Cadre (2003, 2004, 2005, 2006, 2007)
  • Singapour : Opera Gallery (1997, 1998, 2000, 2001, 2002)
  • New York : Opera Gallery (2000, 2001)
  • Bruxelles : Star Art Gallery (1994)
  • Luxembourg : Galerie Becker (1998)
  • Utrecht : Galerie Oocker (2002)
  • Strasbourg : Galerie Froessel (1993, 1995)
  • Nîmes : Galerie du Sud (1995)
  • Aix-en-Provence : Musée Arteum (2001)
  • Charjah : Art Museum (2005)
  • Roanne : Musée des beaux-arts (2006)
  • Lyon : Galerie Art-Club (2006, 2007)
  • Dubaï : Opera Gallery (2008, 2010)
  • Thonon-les-Bains : Rencontre franco-suisse, invité d’honneur (2008)
  • Abu Dhabi : Autorité pour la Culture et l'Héritage (2009)
  • Brandérion Cap l’Orient : les Grands Figuratifs en Bretagne (2009)
  • Zillisheim : Salon International, invité honneur (2009)
  • Johannesburg : représentation de l’Algérie à l’exposition internationale des pays qualifiés à la Coupe du monde de football - Fifa (2010)
  • Endingen (Allemagne) : Internationale Kunstmesse, invité d’honneur (2010)
  • Paris : 13e Salon des Peintres du Marais, invité d’honneur (2011)
  • Kaysersberg : Atmosphère de Venise, exposition thématique (2012)
  • Strasbourg : St-Art, one-man-show, Art-Cadre Gallery (2012)
  • Chaumont : à la Chapelle des Jésuites, rétrospective organisée par la ville de Chaumont (2013)
  • Strasbourg : Orient et Venise, galerie de l’Agora, Conseil de l’Europe (2013)
  • Paris : Ad Vitam Aeternam, exposition de groupe (Brayer, Buffet, Dali, Laporte, Tobiasse, Toffoli, Weisbuch, Ziani), galerie Pérahia (2014) 

Palmarès et reconnaissances officielles[modifier | modifier le code]

La reine Tin Hinan, huile sur toile
  • Prix Karl Beulé de l'Académie des Beaux-Arts, Paris 1997.
  • Médaille d'or, Salon International, Vittel.
  • Premier Grand Prix, Salon des Seigneurs de l'Art, Arles.
  • Premier Grand Prix, Grand Gala National, Nantes.
  • Premier Grand Prix, médaille d'or, Salon International, La Grande Motte.
  • Plusieurs fois médaillé au Salon de La Société des artistes français, Paris.

Selon le site de l'artiste, plusieurs de ses œuvres ont fait l'objet d'acquisitions officielles par Le Musée national des Beaux-Arts, Alger, 1985 - Le Musée Central de l’Armée, Alger, 1984 à 1999 - Le Cabinet du président de la République Algérienne, Alger, 1985 à 1992 - Le président Fidel Castro, La Havane, 1986 - Le prince Rachid du Maroc, Rabat, 1987 - Le gouvernement de la République d’Argentine, Buenos Aires, 1990 - Le Ministère de la Culture, Alger, 1992 - L'Assemblée Nationale, Alger, 2001 - Le Musée d'art Contemporain Artéum, Châteauneuf-le-Rouge (Aix-en-Provence), 2001 - Le président vénézuélien Hugo Chavez, Caracas, 2003 - Le Conseil Constitutionnel, Alger, 2007 - La famille royale d'Arabie Saoudite, 2008.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abdelkader, Un spirituel dans la modernité, Aya Sakkal, Éditions Albouraq, 2010.
  • Magazine Dessins & Peintures, n°14 (mai-juin 2008). Ziani, la magie d'une lumière venue du sud, par Andrée Maennel.
  • Ziani, les lumières de l'histoire, entretiens avec François Pouillon, CPS Éditions, Alger 2002.
  • Drouot Cotation, Dictionnaire des artistes modernes et contemporains, Éditions 2001 et 2002.
  • Élisabeth Cazenave, Les artistes de l'Algérie, Éditions Bernard Giovanangeli.
  • Achour Cheurfi, Mémoire algérienne, Dictionnaire biographique, Éditions Dahleb.
  • Tassili Magazine, Ali El Hadj Tahar, N° 26 et 30.
  • Magazine Univers des Arts, Patrice Josset, n° 11 et 12.
  • Arts Actualités Magazine, Thierry Sznytka, n° 128.
  • Wadi Bouzar, La Mouvance et la Pause, Éditions SNED, 1983.
  • Julie Carpentier, Dernières Nouvelles d'Alsace, 1993 (nov.) et 1995 (n°103).
  • J.C., Les Affiches-Moniteurs, 09.11.1993, Strasbourg.
  • La Liberté de l'Est, S.D. du 24.04.1998.
  • La Peinture Monumentale en Algérie, François Pouillon.
  • Magazine Univers des Arts, Olivier Herbaut, n°60.
  • Bruno Étienne et François Pouillon, Abdelkader le magnanime, Collection Découvertes, Éditions Gallimard./IMA, 2003.
  • Idriss Jazairy, Exposition Juanita Guccione, Washington 2002.
  • Pierre-Stéphane Proust, Les Plus Belles Enveloppes Illustrées, Éditions Normandie Terre des Arts.
  • Algérie Actualité, Ali El-Hadj Tahar, (signé sous le pseudonyme Ali Gharib), 1980, n° 760, Alger.
  • El Maqam (en arabe), n°15, Hamid Ould Ahmed, 23.05.1993, Alger.
  • Alger Républicain, Belkacem Rouache, 31.07.1993, Alger.
  • El Khabar (en arabe), Habet Hanachi, 16.08.1993, Alger.
  • Le Soir d’Algérie, Ali El-Hadj Tahar, 19.09.1993, Alger.
  • El Watan, Ratiba Benbouzid, 25.09.1993, Alger.
  • El Moudjahid, 28.11.1994, Alger.
  • Midi Libre, M.L.R., 07.09.1995, Nîmes.
  • El Watan, Belkacem Rouache, 01.10.1995, Alger.
  • El Watan, N.C., 25.12.1997, Alger.

Monographie[modifier | modifier le code]

  • Ziani, Les lumières de l'histoire, monographie en trois versions : française, arabe et anglaise, CPS Éditions, 2002 et 2003.

Références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]