Laure de Noves

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Laure de Noves est une personnalité [Quoi ?]. Elle est parente de Laure de Sade (1314-1348), plus tard chantée par le poète Pétrarque . Elle était fille de Pierre Audibert de Noves.

Biographie[modifier | modifier le code]

Parmi les plus anciens seigneurs qui aient gouverné le fief de Mollégès avec les abbesses du monastère, on trouve Pierre Audibert, chevalier de Noves, ami de l'évêque Robert II d'Uzès.

Il garantit de ses biens en 1272 la parole donnée par ce dernier à Charles Ier d’Anjou et mourut jeune (avant 1278) en laissant deux filles, Alix et Laure de Noves, que l'évêque prend sous sa protection en leur choisissant comme tuteur Bertrand de Lubières, « probablement de la famille de la mère »[1], chevalier de Tarascon[2].

Vers 1285, Laure se maria avec Guigonet de Chateauneuf et reçut en dot tous les biens que son père avait à Mollégès. C’est ainsi que cette co-seigneurie entra dans une famille qui devait devenir célèbre en Provence, car Guigonet était, semble-t-il, le fils du troubadour fameux, Peire de Castelnou[3] (Pierre de Chateauneuf) loué par Jehan de Nostredame. Cette Maison tenait son nom du lieu de Châteauneuf[note 1] dont elle était co-seigneur au XIe siècle au pays niçois.

Elle meurt peu avant 1337, laissant à son fils Ricaud tous les revenus qu'elle possédait sur Noves, dont certains n'avaient pas été perçus depuis seize ans[pertinence contestée].

Deux fils issus de cette union[4] :

  • Ricaud
  • Burgundus de Châteauneuf Mollégès

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Aujourd'hui Châteauneuf-Villevieille à 25 km dans l'arrière-pays niçois.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Elle et sa sœur Alix sont qualifiées de « petites orphelines » dans l'ouvrage de Marc Mielly Noves, Agel et Verquières p. 139, « leur père Pierre Audibert de Noves étant mort jeune [entre 1272 et 1278] encore damoiseau ». Le tuteur désigné par l'évêque Robert d'Uzès à qui Pierre avait rendu des services, est Bertrand de Lubières, chevalier de Tarascon « probablement de la famille de la mère » qui n'est plus là non plus semble-t-il.
  2. Acte passé à Noves, Archives du Vaucluse G15 f°109 V°.
  3. Marc Mielly, Noves, Agel et Verquières.
  4. Arbre Généalogique de Gérard Grawitz Beauvezet.