Lat Soukabé Ngoné Fall

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Lat Soukabé)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Arrestation d'André Brue par ordre du damel en 1701 (récit de J. B. L. Durand, 1802)

Lat Soukabé[1] (Lat Sukaabe en wolof) était un damel-teigne (dammeel-teeñ) – à la fois damel du Cayor et teigne du Baol, donc le souverain de deux royaumes pré-coloniaux qui font aujourd'hui partie du Sénégal[2].

Au Cayor il succède à Dé Tialao devenu aveugle et règne pendant 22 ans, de 1697 à 1719. Sa mère, la linguère Ngoné Dièye du Saloum, était la fondatrice de la dynastie maternelle Guedj (Géej) du Cayor et du Baol, une dynastie établie au Cayor et au Baol par la force après avoir fait lui-même roi[pas clair]. La dynastie Guedj a régné du XVIIe siècle jusqu'à la fin du XIXe siècle, quand les Français ont conquis le Cayor et le Baol et détrôné leurs rois respectifs. Par sa lignée paternelle, Lat Soukabé est issu de la maison royale de Tié Yassin Fall.

Son fils Maïssa (Maysa Tende Wéjj) lui succéda en 1719.

Sa mort est datée du [3].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Son nom était Lat Soukabé Ngoné Dièye Fall, mais on l'appelait Lat Soukabé (« le béquillard »), car il était atteint d'une paralysie des jambes (Les Langues nationales au Sénégal : réalités et perspectives, Centre de linguistique appliquée de Dakar, 1977-1978, nos 1-2, p. 19)
  2. Le Jihad de l'âme. Ahmadou Bamba et la fondation de la Mouridiyya au Sénégal, par Babou Cheikh Anta
  3. Lettre du directeur Saint-Robert citée par Jean Boulègue, « Étude et représentation chronologique d'une tradition orale : la chronique du Kajoor », in Journal des africanistes, 1980, tome 50 fascicule 2. p. 128 [1]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]