Jean-Baptiste Labat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Labat.
Jean-Baptiste Labat
Jean-Baptiste Labat.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 74 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Religion
Ordre religieux

Jean-Baptiste Labat appelé plus communément Père Labat (Paris, France, 1663 - Paris, France, 1738) était un missionnaire dominicain, botaniste, explorateur, ethnographe, militaire, propriétaire terrien, ingénieur, écrivain et esclavagiste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ordonné prêtre à Paris en 1685, Jean-Baptiste Labat poursuit des études scientifiques à Nancy.

En 1693, il est volontaire et part comme missionnaire avec l'autorisation des responsables de l'ordre des dominicains aux Antilles. Le , il débarque en Martinique. Il rejoint ses pères à la paroisse de Macouba, où il travaille pendant deux ans à développer la paroisse et construit de nombreux édifices. En 1696, il voyage en Guadeloupe et en Dominique puis est nommé procureur syndic des îles d'Amérique à son retour en Martinique.

Il visite les Antilles françaises, néerlandaises et anglaises de Grenade à Hispaniola. Dans ses récits, rédigés en 1698, il évoque de nombreux aspects de la société caribéenne dont l'esclavage colonial. Il est lui-même un fervent défenseur de l'esclavage et possède des esclaves. Il décrit les conditions de vie des esclaves martiniquais et leur passion pour la danse. Il est également le témoin privilégié d'un autre aspect de cette société, la flibuste, pour laquelle ses écrits sont une source d'une grande importance.

Il fonde l'exploitation sucrière de Fonds-Saint-Jacques à Sainte-Marie en Martinique, et les paroisses de Le Robert et Le François (appelées cul-de-sac Robert et cul-de-sac François dans Nouveau Voyage aux Isles Françoises de l'Amérique). Il aide à développer et moderniser l'industrie de la canne à sucre dans les Antilles françaises. Il assiste le botaniste Charles Plumier dans son travail quand celui-ci séjourne aux Antilles, même s'il[Qui ?] jugeait la mission que lui a confié Louis XIV plus qu'inutile. Il fortifie et prépare la défense de la Guadeloupe (dont il reste la tour du Père-Labat) puis prend part au combat lors de l'attaque britannique de l'île en 1704. Il est nommé vice-préfet apostolique la même année.

En 1706, il rentre en Europe et est nommé en Italie ou il entreprend la rédaction du célèbre Nouveau Voyage aux isles Françoises de l'Amérique à partir des notes journalières qu'il avait prises toutes ces années durant. Il tente d'organiser son retour aux Amériques mais n'obtient jamais l'autorisation de sa hiérarchie. Il réside à Paris en 1716, dans le couvent de la rue Saint-Honoré où il exerce les fonctions d’agent du Maître général de l’Ordre jusqu'à sa mort[1].

Pendant ces années, il publie finalement Nouveau Voyage aux Isles Françoises de l'Amérique en 6 volumes à Paris en 1722, avec de nombreuses illustrations qu'il réalise lui-même. Cette œuvre est traduite en néerlandais (1725) et en allemand (1783).

Il travaille ensuite de manière similaire sur d'autres pays à partir de notes d'autres missionnaires. Alors qu'il ne s'était jamais rendu lui-même en Afrique, il s'inspire largement des mémoires d'André Brue rédigées vers 1725 pour élaborer sa Nouvelle relation de l'Afrique occidentale (1728), un récit dont la fiabilité a fait l'objet de polémiques[2]. D'après Prosper Cultru, Jean Baptiste Labat à largement plagié les récits de Michel Jajolet de la Courbe publiés en 1685 dans son livre "Premier voyage du Sieur La Courbe fait à la Coste d' Afrique". Attribuant ses aventures à André Brue[3].

Il aurait élaboré aux Antilles, pour soigner une fièvre, une eau de vie (guildive sucrée)[4] qui, à la suite de quelques évolutions, est aujourd'hui devenue le rhum. Sur l'île de Marie-Galante, la distillerie artisanale Poisson produit le Rhum du Père Labat qui porte son nom.

Aujourd'hui encore, en créole martiniquais, le terme pèrlaba qualifie un esprit malin[5].

La bibliothèque du couvent des Frères Prêcheurs, rue Saint Honoré à Paris, où le Père Labat a rédigé ses récits de voyages, de 1716 à 1738, devint la salle de réunion du club des Jacobins sous la Révolution française[6].

Écrits[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. R. P. Jean-Baptiste Labat, dit "le Père Labat" par Léo Elisabeth, agrégé de l’université, président de la Société d’Histoire de la Martinique
  2. P. Cultru, « Les faux d'un historien du Sénégal », La Quinzaine coloniale, jan-déc. 1910, p. 399-402 [1]
  3. Voir livre sur Archive.org
  4. La fabuleuse histoire du rhum - Hors série France-Antilles de juillet 2003 (p. 50) - ÉD. France-Antilles S.A.
  5. cf sur le site Le rhum Le père Labat
  6. Marcel Chatillon : Le père Labat à travers ses manuscrits. Les inédits du père Labat -Extrait du Bulletin de la Société d'histoire de la Guadeloupe, n° 40 - 42, 2e t 4e trim. 1979
  7. « Veüe du Couvent des Jacobins au bourg St Pierre de la Martinique, du costé de l'entrée qui regarde la mer, en 1704 : Ce couvent fut achevé au mois de novembre 1704, sur les desseins et par les soins du père Jean-Baptiste Labat, jacobin et supérieur de la mission et maison », in Nouveau voyage aux isles de l’Amérique
  8. « LABAT, R.P. : Voyage aux îles françaises de l'Amérique », sur e-books libres et gratuits

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Everild Young et Kjeld Helweg-Larsen, The pirates' priest : the life of Père Labat in the West Indies, 1693-1705, Jarrolds, Londres, 1965, 200 p.
  • Marcel Châtillon, Le Père Labat à travers ses manuscrits, Société d'histoire de la Guadeloupe, 1979.
  • Pierre Gbolo, Le Père Labat, témoin du monde noir, 1988 (thèse)
  • Aurélia Montel, Le père Labat viendra te prendre, Maisonneuve et Larose, 1996.
  • Joseph Rennard, Le P. Labat o.p. aux Antilles, Éd. Spes, 1927.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :