La Rabatteuse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
La Rabatteuse
Réalisation Claude Bernard-Aubert (crédité Burd Trandbaree)
Acteurs principaux
Sociétés de production F.F.C.M.
Shangrila Productions
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Film pornographique
Sortie 1978
Durée 90 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Rabatteuse est un film pornographique français de Claude Bernard-Aubert (réalisé sous le pseudonyme de Burd Trandbaree) sorti sur les écrans en 1978.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Un homme confie à l'un de ses amis le soin de s'occuper de sa copine en son absence. Celle-ci, qui est parfaitement d'accord avec la transaction, est douée de la faculté peu commune de pouvoir procurer à un homme toutes les femmes qu'il désire et de l'en débarrasser tout aussi facilement.

Résumé[modifier | modifier le code]

Dans un hall d'aéroport, un homme obligé de provisoirement s'en aller pour cause de mobilité professionnelle, confie à l'un ses amis le soin de s'occuper de sa copine, Jocelyne, en son absence. Celle-ci, qui est parfaitement d'accord avec la transaction, est douée de la faculté peu commune de pouvoir procurer à un homme toutes les femmes qu'il désire.
Lui prouvant aussitôt son talent, Jocelyne demande à Robert si l'hôtesse de l’air accoudée au bar lui plaît. Sa réponse étant affirmative, Jocelyne lui donne rendez-vous pour huit heures et suit la femme dans les toilettes. À l'heure dite, elle se présente avec Inge qui se montre immédiatement très provocante. Une scène torride à trois s'ensuit.

Afin de remercier Jocelyne, Robert l'emmène dans un magasin de lingerie féminine pour lui offrir un cadeau. Tandis qu’ils suivent la vendeuse vers le salon d'essayage, Robert remarque une femme, la comtesse de Mormole, « une emmerdeuse qui tient absolument à s'habiller junior » selon la vendeuse. Après l’essayage et des ébats auxquels la vendeuse participe, Jocelyne promet à Robert de livrer la comtesse à ses désirs le soir même.
Arrivant chez Robert à neuf heures, Jocelyne est accompagnée de la comtesse, une femme aux airs pincés qui fait néanmoins preuve d'un tempérament très torride. Dès lors, Jocelyne va se montrer infaillible, Robert remarquant une mère et sa fille à la terrasse d'un café, Jocelyne lui livre les deux femmes qu'il possède toutes les deux en même temps grâce à un godemichet. Suivent ensuite, l'ouvreuse noire d'un cinéma, une femme promenant son chien dans la rue, une autre garant sa voiture et une vendeuse dans une vitrine de magasin.

Enfin, remarquant une femme qui dépose un pli dans une boîte aux lettres, Robert décrète qu'il la veut « nue sous son imperméable noir avec bas noirs et jarretelles noires ». Celle-ci, prénommée Nadine, arrive avec un carton contenant sa robe blanche car elle doit se marier le lendemain. Alors qu'ils sont en pleine action, on sonne à la porte et paraît le chauffeur de la comtesse qui demande si sa maîtresse peut venir se joindre à eux. Robert y consent mais glisse une clé dans la main du chauffeur en lui recommandant de revenir plus tard discrètement. Robert fouette la comtesse, se fait sodomiser par Nadine avec un godemichet puis cède la place au chauffeur qui est entré subrepticement pour prendre sa maîtresse. Le film se termine sur l'image de deux couples, tête bêche, en train de faire l'amour.

Scènes pornographiques[modifier | modifier le code]

 OOjs UI icon alert destructive black-darkred.svg Cette section peut contenir un travail inédit ou des déclarations non vérifiées (janvier 2013). Vous pouvez aider en ajoutant des références ou en supprimant le contenu inédit.

Le film contient neuf scènes dont Robert constitue, à l'exception de la dernière, l'unique élément masculin. Jocelyne est présente et participe à chaque scène.

  1. Invitée à dîner, l'hôtesse de l'air (Karine Gambier) se montre très empressée et Jocelyne doit la retenir jusqu'à la fin du repas (fellation, pénétration vaginale).
  2. Jocelyne entraîne la vendeuse du magasin (Danièle Troger) à essayer des dessous (fellation, pénétration vaginale).
  3. La comtesse de Mormole (Emmanuelle Parèze) se dévergonde avec beaucoup d'enthousiasme (fellation, pénétration vaginale et sodomie). Elle est tellement satisfaite qu'elle souhaite les revoir. Mais Robert s'y oppose car « une seule fois suffit bien ». Jocelyne lui confirme que « Tu sais bien que je suis aussi là pour éviter qu'on te les casse, comme tu dis si bien ».
  4. Robert se rend chez Edith (Marion Schultz) et Émilie (France Lomay), une mère et sa fille. Émilie est (presque) vierge car elle n'a jamais fait l'amour avec un homme. Il les possède toutes les deux en même temps grâce à un godemichet que Robert met à l'envers (fellation, pénétration vaginale et sodomie).
  5. L'ouvreuse noire d'un cinéma (Nicole Velna) vient chez Robert, danse et fait l'amour (fellation, cunnilingus, pénétration vaginale).
  6. La femme au chien (Samantha) dans une scène très courte (pénétration vaginale).
  7. Une femme qui garait sa voiture (Alexandra Sand) (fellation, pénétration vaginale).
  8. Une vendeuse dans la vitrine d'un magasin (fellation, pénétration vaginale).
  9. Orgie finale. La mariée (Barbara Moose) revêt sa robe blanche. Surviennent la comtesse et son chauffeur qui se mêlent à la fête (fellation, pénétration vaginale, sodomie avec godemichet).

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]