La Logique de la découverte scientifique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Logique de la découverte scientifique
Auteur Karl Popper
Genre Philosophie des sciences
Version originale
Langue Allemand
Titre Logik der Forschung
Date de parution 1934
Version française
Éditeur Payot
Date de parution 1973
Couverture Dibakar Das

La Logique de la découverte scientifique (en allemand : Logik der Forschung. Zur Erkenntnistheorie der modernen Naturwissenschaft) est un ouvrage d'épistémologie de Karl Popper, paru en 1934.

Présentation générale[modifier | modifier le code]

Le livre paraît en allemand en 1934. Il faut attendre 1973 pour qu'une traduction française, réalisée par Philippe Devaux sous le titre La Logique de la découverte scientifique, soit publiée. L'ouvrage est un devenu un classique de la philosophie des sciences.

Contenu[modifier | modifier le code]

Qu'est-ce qui est scientifique et qu'est-ce qui ne l'est pas ? Comment vérifier une théorie ? Qu'est-ce qu'une hypothèse scientifique ? Comment la connaissance progresse-t-elle ?

Le livre défend l'idée qu'une théorie, pour être scientifique, doit être réfutable par l'expérience. Karl Popper y discute Einstein ou Bernoulli, Heisenberg ou Schrödinger, mais aussi Russell ou Wittgenstein. Il propose plusieurs concepts, tels ceux de corroboration, de falsifiabilité, ou de critère de démarcation, et il aborde des thèmes comme la simplicité, l'incertitude, le hasard et la probabilité, les rapports entre théorie et expérience, ou entre science et métaphysique.

Plan[modifier | modifier le code]

Partie I - Introduction à la logique de la science[modifier | modifier le code]

A) Revue de quelques problèmes fondamentaux[modifier | modifier le code]

B) Sur le problème d'une théorie de la méthode scientifique[modifier | modifier le code]

Partie II - Des composants structurels d'une théorie de l'expérience[modifier | modifier le code]

A) Théories[modifier | modifier le code]

B) Falsifiabilité[modifier | modifier le code]

C) Le problème de la base empirique[modifier | modifier le code]

D) Degrés de testabilité[modifier | modifier le code]

E) Simplicité[modifier | modifier le code]

F) Probabilité[modifier | modifier le code]

G) Quelques observations sur la théorie quantique[modifier | modifier le code]

G) La corroboration de comment une théorie se mesure aux tests[modifier | modifier le code]

Réception[modifier | modifier le code]

L'ouvrage a eu un impact considérable, et, inévitablement, donné lieu à un certain nombre de critiques[1],[2],[3],[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Cornforth, Maurice, The Open Philosophy and the Open Society: A Reply to Dr. Karl Popper's Refutations of Marxism, New York, International Publishers, , p. 5
  2. (en)(en) H Guntrip, « Psychoanalysis and some scientific and philosophical critics: (Dr Eliot Slater (en), Sir Peter Medawar and Sir Karl Popper) », The British journal of medical psychology, vol. 51, no 3,‎ , p. 207–24 (PMID 356870, DOI 10.1111/j.2044-8341.1978.tb02466.x)
  3. (en) Bryan Magee, Confessions of a Philosopher, Weidenfeld & Nicolson, , p. 46
  4. (en) Alan Sokal, Beyond the Hoax: Science, Philosophy and Culture, Oxford University Press, , p. 182-183

Articles connexes[modifier | modifier le code]