Philippe Devaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Philippe Devaux
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
Nationalité
Activité

Philippe Devaux est un philosophe et logicien belge, né en 1902 et mort en 1979, qui a enseigné la logique et la philosophie analytique à l'université de Liège. Par ses ouvrages et par ses nombreuses traductions, notamment de Russell (dont il était l'ami) et de Whitehead, il a fortement contribué à la réception de la philosophie analytique dans la sphère francophone.

Après avoir publié une première étude sur Alexander en 1929, Philippe Devaux devient chercheur qualifié du FNRS belge et fait un séjour de deux années, en qualité d'Advanced Fellow, aux universités de Berkeley et Harvard, où il suit notamment les cours de Whitehead. Devenu professeur à l'université de Liège, il a également enseigné aux universités de Bruxelles, de Manchester, de Hull et de Londres. Il eut pour étudiant et assistant Paul Gochet à l'université de Liège.

Il a appartenu au comité de patronage de Nouvelle Écoleà partir de 1978[1].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Œuvres personnelles[modifier | modifier le code]

  • Le Système d'Alexander : exposé critique d'une théorie néo-réaliste du changement, Vrin, 1929.
  • De Thalès à Bergson : introduction historique à la philosophie européenne, Liège, Sciences et Lettres, 1949.
  • Bertrand Russell ou la Paix dans la Vérité, Paris, Seghers, 1967.
  • Les modèles de l'expérience, Wetteren, Universa, 1976.
  • La Cosmologie de Whitehead, tome I : L'Épistémologie whiteheadienne, Louvain-la-Neuve, Les Éditions Chromatika, 2007.

Traductions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Liste des membres du comité de patronage de Nouvelle École à l'été 1979 », dans Anne-Marie Duranton-Crabol, Visages de la Nouvelle Droite : le GRECE et son histoire (thèse de doctorat en histoire remaniée), Paris, Presses de la fondation nationale des sciences politiques, (ISBN 2-7246-0561-6), p. 255.