La Bibliothèque, la nuit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis La Bibliothèque la nuit)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Bibliothèque, la nuit est un essai d'Alberto Manguel paru aux éditions Actes Sud en 2006.

Alberto Manguel écrit cet ouvrage en 2006 en langue anglaise sous le titre The Library at Night. L’ouvrage est traduit en français la même année par Christine Le Bœuf. Dans cet essai, l’auteur nous fait part de ses réflexions et de ses perceptions personnelles autour des bibliothèques. Il utilise de nombreuses références, son ouvrage est très documenté.

Alberto Manguel vit aujourd’hui dans le Poitou où il a installé sa bibliothèque personnelle riche de plus de 30 000 ouvrages. La création de cette bibliothèque est le point de départ de la réflexion de l’ouvrage La bibliothèque, la nuit.

Alberto Manguel, passionné des bibliothèques, fait part de ses questionnements et réflexions sur quinze éléments qui définissent selon lui une bibliothèque : un mythe, un ordre, un espace, un pouvoir, une ombre, une forme, un hasard, un cabinet de travail, une intelligence, une île, la survie, l’oubli, l’imagination, une identité et enfin une demeure[1]. Les bibliothèques sont des constructions matérielles et mentales qui amènent une réflexion sur la lecture, le classement, la mémoire, l’architecture… Pour lui, il n’y a pas une mais des manières de penser les bibliothèques, il exprime son point de vue et son fonctionnement dans sa bibliothèque privée mais nourrit sa réflexion d’une grande diversité d’exemples. Il parle à la fois d’histoire, de philosophie, de bibliothèques privées, de bibliothèques publiques…Nous avons sélectionné une citation de la quatrième de couverture qui explique très bien ce point de vue : « Qu’elle soit constituée de quelques livres ou de volumes par milliers, qu’elle obéisse à une classification rigoureuse ou aléatoire, qu’elle soit « de Montaigne » ou d’Alexandrie, qu’on veuille la détruire (comme si près de nous à Sarajevo, à Kaboul, à Bagdad) ou l’ériger, qu’elle soit mentale, comme chez Jorge Luis Borges, ou institutionnalisée – avec heures d’ouvertures et réglementations –, qu’elle ait pour résidence de vastes bâtiments aux allures de nefs ou de temples ou qu’elle joue les passagères clandestines dans des cartons, entre deux déménagements, que les livres qui la composent soient alignés sur des étagères de bois blanc ou d’acajou massif, qu’est-ce qu’une bibliothèque, sinon l’éternelle compagne de tout lecteur – son rêve le plus cher ? »[2].

Adaptation[modifier | modifier le code]

Pour célébrer les 10 ans de la Grande bibliothèque, en 2015, le metteur en scène et artiste multidisciplinaire Robert Lepage a conceptualisé avec Manguel une exposition en réalité virtuelle inspiré de l’œuvre de l'auteur[3],[4]. Cette exposition a été présentée à l'été 2017 à la Bibliothèque nationale de France.

Références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]