Kœnig (facteurs d'orgues)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Koenig (facteurs d'orgues))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kœnig.
Kœnig facteurs d'orgues
Image illustrative de l'article Kœnig (facteurs d'orgues)

Création 1945
Forme juridique SAS
Siège social Drapeau de la France Sarre-Union Voir et modifier les données sur Wikidata (France)
Direction M. Yves Kœnig (Président)
Mme Huguette Kœnig (Directrice générale)
Activité fabrication restauration et maintenance d'orgues
Effectif 7
SIREN 303 302 434
Site web www.orgues-koenig.com

La manufacture d'orgues Kœnig est une entreprise artisanale de facteurs d'orgues installée à Sarre-Union dans le Bas-Rhin, depuis 1945[1].

Réalisations[modifier | modifier le code]

La maison Kœnig est particulièrement connue et reconnue pour avoir été la première au monde à créer et construire, au XXe siècle, un instrument respectant les préceptes du traité de 1778 L'Art du facteur d'orgues de Dom Bédos à Sarre-Union en 1967 pour l’église Saint-Georges[2] de Bouquenom).

Elle perpétue les savoir faire de la transmission mécanique, pour des instruments d'esthétique équilibrée, à la synthèse de la tradition française[3] et germanique[4], entre néo-classique et néo-baroque selon la vocation de chaque instrument[5].

C'est également le premier facteur d'orgues français à avoir construit, en 2009 un orgue en Chine (pour l'église Saint Joseph (pt) de Macau)[6].

La manufacture contribue régulièrement à la restauration d'orgues notamment classés monuments historiques.

Historique[modifier | modifier le code]

Jean-Georges Kœnig, né le 16 mai 1920 à Strasbourg et mort le 26 novembre 1992, a racheté le fonds de commerce à la veuve du facteur d'orgue Henri Vondrasek pour relancer la manufacture créée en 1930.

Yves Kœnig[7], né le 16 mai 1950, qui a commencé à collaborer avec son père dans les années 1970 a pris sa succession complète en 1982.

Il est secondé, depuis 2008, par Julien Marchal[8] né le 29 octobre 1990 qu'il prépare progressivement à sa succession.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Historique », sur orgues-koenig.com (consulté le 2 janvier 2015)
  2. Notice no IA67005911, base Mérimée, ministère français de la Culture église paroissiale Saint-Georges
  3. « Un deuxième orgue pour la cathédrale », sur Ouest-France.fr, (consulté le 2 janvier 2014)
  4. (de) « Hörschwag zieht jetzt mehr Register », (consulté le 2 janvier 2015)
  5. Christian Lutz, « La maison Koenig de Sarre-Union » (consulté le 2 janvier 2015)
  6. « Un orgue alsacien pour une église de Macao », sur DNA.fr, (consulté le 2 janvier 2015)
  7. fiche sur le site societes.com
  8. « Un vent nouveau souffle sur la manufacture d’orgues », sur DNA.fr, (consulté le 2 janvier 2015)