Klaus Bonhoeffer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Klaus Bonhoeffer
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 44 ans)
BerlinVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Domicile
Formation
Activités
Avocat, résistantVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Karl Bonhoeffer (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Dietrich Bonhoeffer
Sabine Leibholz (d)
Karl Friedrich Bonhoeffer
Christine Bonhoeffer (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjointe
Emmi Bonhoeffer (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Thomas Bonhoeffer (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Stolperstein Alte Allee 9-11 (Westend) Klaus Bonhoeffer.jpg
plaque commémorative
Dorotheenst Friedhof Bonhoeffer.jpg
Monument à la résistance au nazisme au cimetière de Dorotheenstadt, tombe de Klaus Bonhoeffer

Klaus Hans Martin Bonhoeffer (né le à Breslau, mort le à Berlin) est un juriste allemand, résistant allemand au nazisme impliqué dans le complot du 20 juillet 1944. Il est le frère du pasteur Dietrich Bonhoeffer.

Biographie[modifier | modifier le code]

Klaus Bonhoeffer est le fils de Karl Bonhoeffer (de), professeur en psychiatrie et en neurologie, et de son épouse Paula von Hase (la petite-fille de Karl von Hase (de)). Avec son frère Dietrich et Hans von Dohnanyi (son futur beau-frère), il fréquente le Grunewald-Gymnasium (de). Il étudie ensuite le droit à Heidelberg.

Après son doctorat, il poursuit ses travaux à Berlin, Genève et Amsterdam. Le , il se marie avec Emmi Delbrück (de), la fille de Hans Delbrück et sœur de Justus et Max Delbrück. Bonhoeffer travaille comme avocat et conseiller juridique pour la Lufthansa, ce qui lui donne l'occasion de faire de nombreux voyages.

En 1940, Klaus Bonhoeffer établit des contacts avec divers groupes de résistance contre le régime nazi. Par son frère Dietrich, il fréquente les résistants religieux et par ses beaux-frères Justus Delbrück, Hans von Dohnanyi et Rüdiger Schleicher, il voit les opposants militaires, en particulier le cercle de Wilhelm Canaris. Grâce à un cousin de sa femme, Ernst von Harnack (de), il a aussi des rapports avec les sociaux-démocrates. Il s'implique en compagnie d'Otto John (de). Il profite de ses voyages pour correspondre avec les résistants de toute l'Allemagne. Il est mis au courant du complot du 20 juillet 1944 contre Adolf Hitler.

Selon le carnet de détention de la prison de Lehrter Straße, où la Gestapo place les prisonniers politiques, Klaus Bonhoeffer entre le et est condamné le par le Volksgerichtshof à la peine de mort. Dans la nuit du 22 au , alors que l'Armée Rouge atteint la périphérie de Berlin, Klaus Bonhoeffer et douze autres prisonniers, dont Rüdiger Schleicher et Friedrich Justus Perels, sont exécutés d'une balle dans le cou par un Sonderkommando du Reichssicherheitshauptamt lors d'un transfert vers le Prinz-Albrecht-Palais (de) dans un terrain de ruines près d'Invalidenstraße.

Notes et références[modifier | modifier le code]


Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Eberhard Bethge: Dietrich Bonhoeffer: Theologe – Christ – Zeitgenosse, Gütersloh 2004.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Source de la traduction[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]