Kim Ki-young

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Kim Ki-young
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 75 ans)
SéoulVoir et modifier les données sur Wikidata
Romanisation révisée
Gim Gi-yeongVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Distinctions

Kim Ki-young est un scénariste et réalisateur sud-coréen né à Séoul le et décédé avec son épouse, au cours d'un incendie, le , dans sa ville natale[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Kim Ki-young entre en 1946 à l'École de dentisterie de Kyungsung, où il rencontre sa future épouse, Kim Yu-bong. Celle-ci financera, par ailleurs, la plupart de ses films. Il abandonne ensuite sa carrière médicale et participe à des projets théâtraux. Ses premières réalisations cinématographiques dénotent une influence néo-réaliste. Son neuvième film, La Servante (1960) témoigne d'une nouvelle orientation confirmée dans ses réalisations ultérieures.

Commentaire[modifier | modifier le code]

Auteur de plus d'une trentaine de films en quarante ans de carrière (de 1955 à 1995), Kim Ki-young demeure très peu connu en Europe. Son œuvre est pourtant révérée par les jeunes générations de cinéastes sud-coréens. En France, la Cinémathèque française lui a consacré une rétrospective du 29 novembre au 24 décembre 2006. La Servante (Hanyo), « mélodrame paroxystique et cruel qui met en scène la vampirisation d'une famille ordinaire par une jeune femme diabolique »[2], a fait l'objet d'une reprise en 2010, réalisée par Im Sang-soo.

Filmographie principale[modifier | modifier le code]

  • 1955 : La Province de Yangsan (Yangsan do)
  • 1960 : La Servante (Hanyo)
  • 1963 : Les Funérailles à la Koryo (Goryeo jang)
  • 1964 : Asphalt
  • 1969 : Renui aega
  • 1971 : La Femme de feu (Hwanyeo)
  • 1972 : La Femme-insecte (Chungyo)
  • 1974 : Transgression (Pagye)
  • 1976 : L'Amour des liens du sang (Hyeolyukae)
  • 1977 : Iodo
  • 1982 : La Femme de feu 82 (Hwanyeo'82)
  • 1984 : Carnivore (Babo sanyan)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les fiches de Monsieur Cinéma, Fiche 490/24, Images et Loisirs, 2012
  2. Jean-Michel Frodon