Kelvin Doe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Kelvin Doe
Kelvin Doe.jpg
Biographie
Naissance
Nationalité
Domicile
Activité

Kelvin Doe, né le à Freetown en Sierra Leone, est un inventeur sierra-léonais, également connu comme « DJ Focus ». Il est surtout connu pour avoir construit des batteries et des générateurs électriques à partir d'objets qu'il trouve dans les poubelles de son village.

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

Kelvin Doe est issu d'une famille modeste. En démontant de vieilles batteries, il observe leur fonctionnement, et décide d'en élaborer une à partir d'éléments de récupération. À partir de l'âge de treize ans, sans connaissances approfondies en ingénierie électrique, il utilise des objets qu'il trouve dans les poubelles de son village pour fournir de l'électricité dans son foyer[1],[2],[3],[4].

Pour sa première tentative, il utilise de l'acide, du soda et du métal en combinant le tout dans une tasse, afin de scotcher l'ensemble des composants et de réaliser sa première batterie. Il a ensuite construit un générateur pour sa maison[1],[2]. Le même générateur électrique, qu'il a fabriqué lui-même, lui permet aussi de faire fonctionner une station radio[5]. Pour cela, en utilisant un baladeur CD, une antenne et une table de mixage qu'il a réparée, il anime une station FM pour tout son voisinage. C'est à ce moment qu'il choisit le pseudonyme de DJ Focus. Il fait écouter de la musique à tous les membres de son village et explique pour quelle raison il a créé une radio pour sa communauté : « Avoir une radio dans notre communauté, cela nous permet de débattre des problèmes affectant notre village, mais aussi le Sierra Leone dans son ensemble.  »[1].

Première visite aux États-Unis et reconnaissance internationale[modifier | modifier le code]

Ses travaux sont découverts grâce à un concours organisé par l'université. En , un étudiant sierra-léonais imagine le challenge Innovate Salone demandant aux lycéens du pays d'inventer des solutions aux problèmes de la vie quotidienne. Kelvin Doe participe au concours et fait ainsi connaître ses réalisations[1]. Il reçoit une invitation aux États-Unis de la part d'une des universités technologiques les plus prestigieuses au monde, le MIT (Massachusetts Institute of Technology)[6],[7].

Kelvin Doe est ainsi invité à découvrir des laboratoires et des équipes du MIT durant deux semaines afin d'améliorer ses connaissances en électricité[8]. En , il va à New York pour participer au forum World Maker Faire aux côtés de jeunes inventeurs américains. Il rencontre le président de l'université Harvard[1]..

Depuis, il a été invité à d'autres manifestations ou colloques, accueilli comme une star, dont, par exemple, les assemblées annuelles de la Banque africaine de développement à Lusaka, en Zambie, en : « L’expérience de ce jeune homme est un exemple, un symbole et un espoir », déclare le président de la BAD, Akinwumi Adesina[6].

Son ambition est de continuer à élaborer des solutions et à innover dans les énergies renouvelables de production électrique[9],[10]. Mais il doit apprendre à gérer aussi sa surexposition médiatique[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Laurent Provost, « Kelvin Doe, le petit génie du Sierra Leone qui a impressionné le MIT », Huffington Post,‎ (lire en ligne).
  2. a et b Quentin Blanc, « À 15 ans, il passe des poubelles du Sierra Leone au MIT », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  3. a et b (en) Oswald Hanciles, « Sierra Leone: The Mystery (and Challenge) of Kelvin Doe », all Africa (initialement Concord Times, journal de Sierra Leone),‎ (lire en ligne).
  4. (en) « Queen's Baton Relay: Sierra Leone's young inventors », BBC News,‎ (lire en ligne).
  5. (en) Christina Lopez, « African Teen Invents With Scrap Metal, Visits MIT and Harvard », ABC News,‎ (lire en ligne).
  6. a et b Raoul Mbog, « Ce qu’il faut retenir des assemblées générales de la Banque africaine de développement », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  7. (en) Jake Bright et Aubrey Hruby, The Next Africa: An Emerging Continent Becomes a Global Powerhouse, Macmillan, (lire en ligne), p. 180-181.
  8. (en) David Sengeh, « DIY Africa: Empowering a new Sierra Leone », CNN,‎ (lire en ligne).
  9. (en) « After Signing USD100, 000 Solar Project Pact…16 year-old Kelvin Doe aims to be like French Physicist », Education, National News, Tools & Technology,‎ (lire en ligne).
  10. Marie Villacèque, « Sierra Leone : chapeau bas pour Kelvin Doe », Jeune Afrique,‎ (lire en ligne).