Karl-Marx Allee

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir KMA.
Karl-Marx Allee
Image illustrative de l'article Karl-Marx Allee
Karl-Marx Allee de nos jours, vue depuis la Fernsehturm (tour de la Télévision).
Situation
Coordonnées 52° 31′ 04″ N 13° 26′ 07″ E / 52.5178, 13.435352° 31′ 04″ Nord 13° 26′ 07″ Est / 52.5178, 13.4353
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Ville Berlin
Morphologie
Type Avenue
Longueur 2600 m
Largeur 89 m
Histoire
Anciens noms Große Frankfurter Straße jusqu'en 1949
Stalinallee jusqu'en 1961

La Karl-Marx Allee (KMA, à l'origine Große Frankfurter Straße jusqu'en 1949, puis Stalinallee jusqu'en 1961) est une avenue de Berlin en Allemagne.

Description[modifier | modifier le code]

Longue de plus de 2,6 kilomètres, c'est la plus grande artère du pays. Elle se compose de deux segments rectilignes non alignés l'un par rapport à l'autre, menant successivement d'ouest en est : de l'Alexanderplatz à la Strausberger Platz, puis de la Strausberger Platz à Frankfurter Tor. Au delà de son extrémité orientale, elle est prolongée par la Frankfurter Allee.

L'avenue, large de 89 mètres, se compose de huit voies de circulation séparées par un important terre-plein central, le tout encadré par de larges trottoirs.

L'artère est parcourue par la ligne 5 du métro qui la dessert à l'aide de cinq stations : Alexanderplatz, Schillingstraße, Strausberger Platz, Weberwiese et Frankfurter Tor.

Historique[modifier | modifier le code]

Stalinallee en 1951
Karl-Marx Allee en 1963

Avant sa dénomination actuelle, l'avenue s'est d'abord successivement appelée Frankfurter Chaussee, Große Frankfurter Straße, puis Frankfuter Allee car l'artère permettait de gagner Francfort-sur-l’Oder[1].

Entre le et le , l'artère sera baptisée Stalinallee.

Complètement détruite après guerre, cette voie située dès 1945 dans le secteur d'occupation soviétique qui allait devenir Berlin-Est, est vite devenue un symbole de cette partie de la ville. Le régime communiste, qui régna en République démocratique allemande (RDA) jusqu'en 1990, y faisait défiler son armée chaque année.

Ce fut un des seuls quartiers de Berlin-Est à être correctement reconstruit dans le style stalinien pour accueillir les membres dirigeants du Parti socialiste unifié d'Allemagne (SED). Près de 45 000 ouvriers bénévoles participeront au chantier de reconstruction de la Karl-Marx Allee à partir de février 1952. Et dès janvier 1953, les 70 premiers locataires s’installent dans les nouveaux immeubles[1].

Le 17 juin 1953, la première grande manifestation des ouvriers de Berlin-Est sur la KMA a été fortement réprimée par le régime. La Straße des 17. Juni, à Berlin-Ouest, commémore cette répression.

L'architecture, de la fontaine de la Strausberger Platz aux deux tours de la Frankfurter Tor, constitue un exemple typique du style en vigueur dans les pays du bloc soviétique. Sur environ un kilomètre, les immeubles se présentent de manière brute et massive. Ils disposent d'ascenseurs, ce qui est très rare à Berlin-Est, et les appartements sont particulièrement importants en superficie et en hauteur. Les toits des immeubles offrent une vue incomparable sur Berlin. Grâce à ses colonnes, ses balustrades, ses céramiques, ses jardins et ses lanternes, l’allée est classée depuis 1990 au patrimoine architectural allemand[1].

Au moment de la réunification allemande, l'artère et les constructions qui la bordent avaient une triste allure car le gouvernement est-allemand n’avait pas réussi à assurer son entretien régulier. À partir de 1993, les « Blocks » d'immeubles furent vendus un à un, notamment à la banque DePfa. Grâce à des subventions publiques, l’ensemble architectural de la Karl-Marx-Allee fut entièrement restauré. Depuis 2007, tous les lampadaires ont été rénovés[1].

Aujourd'hui, la KMA représente un lieu de vie agréable où se reflète l'histoire de Berlin. Près de l'Alexanderplatz, le Café Moskau et le Kino International demeurent des lieux de référence comme le montre le film Good Bye, Lenin!.

La convoitise immobilière est toutefois très forte et devant la menace, la ville de Berlin avait déjà fait plusieurs demandes, jusqu'ici non satisfaites, de classement de cette voie au titre du Patrimoine mondial décerné par l'UNESCO. Elle renouvellera sa demande en 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d la Karl-Marx Allee par Matthias Rau

Sur les autres projets Wikimedia :