Jun'ya Satō

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Junya Satō)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jun'ya Satō
Naissance (86 ans)
Tokyo (Japon)
Nationalité Drapeau du Japon Japonais
Profession Réalisateur
Scénariste
Films notables Super Express 109
Les Hommes du Yamato

Jun'ya Satō (佐藤 純彌, Satō Jun'ya?), né le , est un réalisateur japonais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Tokyo, Satō est diplômé de l'Université de Tokyo en littérature française en 1956[1]. Il rejoint les studio de la Toei et travaille comme assistant pour des réalisateurs tels que Tadashi Imai et Miyoji Ieki[1]. Il fait ses débuts de réalisateur en 1963 avec Rikugun zangyaku monogatari, pour lequel il remporte le prix des nouveaux réalisateurs au Blue Ribbon Awards[2]. Tandis qu'il débute essentiellement avec des films yakuza, Satō finit par être connu pour des films spectaculaires à grand budget. The Go Masters, coproduction sino-japonaise qu'il dirige avec Duan Jishun, remporte le Grand prix au Festival des films du monde de Montréal en 1983[3]. Il remporte le prix du réalisateur de l'année de l'Académie japonaise en 1989 pour The Silk Road[4].

Filmographie[modifier | modifier le code]

La mention « +Scénariste » indique que Jun'ya Satō est aussi l'auteur du scénario.

  • 1963 : Rikugun zangyaku monogatari (陸軍残虐物語?)
  • 1963 : Zoku ōsho (続・王将?)
  • 1964 : Kuruwa sodachi (廓育ち?)
  • 1966 : Aiyoku (愛欲?)
  • 1967 : Soshiki bōryoku (組織暴力?)
  • 1967 : Zoku soshiki bōryoku (続組織暴力?)
  • 1968 : Koya no toseinin (荒野の渡世人?)
  • 1969 : Nihon bōryoku-dan: kumicho to shikaku (日本暴力団 組長と刺客?) +Scénariste
  • 1969 : Soshiki boryoku: kyodai sakazuki (組織暴力 兄弟盃?)
  • 1969 : Tabi ni deta gokudo (旅に出た極道?)
  • 1970 : Nippon dabi katsukyu (日本ダービー 勝負?) +Scénariste
  • 1970 : Saigo no tokkōtai (最後の特攻隊?)
  • 1971 : Bakuto kirikomi-tai (博徒斬り込み隊?) +Scénariste
  • 1971 : Boryokudan sai buso (暴力団再武装?)
  • 1972 : Gyangu tai gyangu: aka to kuro no burusu (ギャング対ギャング 赤と黒のブルース?) +Scénariste
  • 1972 : Yakuza tokōsō: Jitsuroku Andō-gumi (やくざと抗争 実録安藤組?)
  • 1973 : Jitsuroku: Shisetsu Ginza keisatsu (実録 私設銀座警察?)
  • 1973 : Golgo 13 (ゴルゴ13, Gorugo 13?)
  • 1973 : Jitsuroku Andō-gumi: Shūgekihen (実録安藤組 襲撃篇?)
  • 1974 : Rupangu-tō no ritsugun Nakano gakkō (ルパング島の奇跡 陸軍中野学校?)
  • 1975 : Super Express 109 (新幹線大爆破, Shinkansen daibakuha?) +Scénariste
  • 1976 : Kimi yo funnu no kawa wo watare (君よ噴怒の河を渉れ?)
  • 1977 : Ningen no shōmei (人間の証明?)
  • 1978 : Yasei no shōmei (野性の証明?)
  • 1980 : Haru kanaru sōro (遙かなる走路?)
  • 1980 : Yomigaere majo (甦れ魔女?)
  • 1982 : Mikan no taikyoku (未完の対局?)
  • 1983 : Jinsei gekijō (人生劇場?) +Scénariste
  • 1984 : Kūkai (空海?)
  • 1986 : Uemura Naomi monogatari (植村直己物語?) +Scénariste
  • 1988 : Tonkō (敦煌?) +Scénariste
  • 1992 : Watashi o daite soshite kisu shite (私を抱いてそしてキスして?)
  • 1992 : O-Roshiya-koku suimu-dan (おろしや国酔夢譚?) +Scénariste
  • 1992 : Chōnoryoku-sha - michi eno tabibito (超能力者 未知への旅人?)
  • 1997 : Pekin genjin (北京猿人?)
  • 2005 : Les Hommes du Yamato (男達の大和, Otoko-tachi no Yamato?) +Scénariste
  • 2010 : Sakurada mongai no hen (桜田門外ノ変?) +Scénariste

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Sakuradamon Gai no Hen o kataru », Hikone City (consulté le 25 juin 2011)
  2. « Rekidai jushō ichiranhyō » [archive du ], Cinema Hochi (consulté le 25 juin 2011)
  3. « 1983 », The World Film Festival (consulté le 25 juin 2011)
  4. (ja) « 第 12 回日本アカデミー賞優秀作品 », Japan Academy Prize (consulté le 9 janvier 2011)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Source de la traduction[modifier | modifier le code]