Julius Martov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Julius Martov
YuliMartov1917PorSteinberg.jpeg
Julius Martov en 1917.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 49 ans)
SchömbergVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Urnenfriedhof Gerichtstraße (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Russe, République russe, Russie soviétique (d), SoviétiqueVoir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Activités
Homme politique, journalisme d'opinionVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Parti politique
Membre de
Comité exécutif central panrusse (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Julius Martov, de son vrai nom Iouli Ossipovitch Tsederbaum (en russe : Ю́лий О́сипович Цедерба́ум), né le dans une famille juive à Constantinople et mort le à Schömberg, est un révolutionnaire marxiste russe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Julius Martov lors de son arrestation en 1896.

Martov fonde en 1895 l'Union de lutte pour l'émancipation de la classe ouvrière avec Lénine. Il est arrêté l'année suivante et passe trois années en prison. À sa libération, il participe avec Lénine à la fondation de l'Iskra, journal révolutionnaire, qu'il dirige par la suite.

En 1903, lors du deuxième congrès du Parti ouvrier social-démocrate de Russie (POSDR), il s'oppose à Lénine sur les questions d'organisation, fonde la fraction menchévique et devient un de ses dirigeants. En 1912, les deux fractions ne sont plus au sein du même parti. Les mencheviks s'avèrent moins réticents que les bolcheviks à une participation politique importante des ouvriers. Les bolcheviks, eux, y préfèrent une oligarchie de révolutionnaires.

Il participe à la Révolution russe de 1905 en étant membre du soviet de Saint-Pétersbourg, ce qui entraîne une nouvelle arrestation.

Martov fut pacifiste (« menchévik internationaliste ») durant la Première Guerre mondiale et participa à ce titre à la conférence de Zimmerwald en 1915. Trotski, à sa demande et par l’intermédiaire de Julius Martov approche Pierre Monatte afin de créer une union avec le monde des syndicats français, opposé à l'union sacrée[1]. Exilé en Suisse, il revient en Russie en 1917 après la révolution de Février. Il s'oppose au gouvernement provisoire dirigé par Kerenski.

D'origine juive, Martov subit l'antisémitisme et le nationalisme de la part de la Russie tsariste, mais aussi au sein même du parti marxiste. Il est exilé à Touroukhansk, dans la région polaire arctique par les autorités tsaristes, du fait de ses activités révolutionnaires. Mais, alors que Lénine, Russe et non-juif, connaît un exil plutôt confortable ("En général, l'exil ne se passait pas si mal", selon Nadia Kroupskaïa, la femme de Lénine), il semble que Martov ait subi un exil plus difficile, parce qu'il était juif. Les bolcheviks utilisent parfois l'antisémitisme contre lui : Staline, notamment, accuse les mencheviks d'être une "faction juive" alors qu'il dit des bolcheviks qu'ils sont "la véritable faction russe". Martov a été un des principaux adversaires de Staline : il dénonce en 1918 les actes de banditisme de Staline et dit que celui-ci a été exclu du Parti en 1907 ; il se fait traiter alors de calomniateur par les soutiens de Staline. Martov dénonce aussi "l'action insensée et criminelle" de Lénine en octobre 1917.

Il resta néanmoins l'un des très rares amis personnels de Lénine, un des seuls à le tutoyer. Lénine dira en 1921 qu'un de ses plus grands regrets était que Martov ne soit pas de son côté, affirmant que c'est « un homme pur »[2].

Après la révolution d'Octobre, il s'opposa aux bolcheviks, tout en les défendant contre les « blancs ». Il finit par être contraint de quitter le pays en 1920 et mourut en exil en Allemagne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Annie Kriegel, « Le dossier de Trotski à la Préfecture de Police de Paris - page 275 », sur http://www.persee.f (consulté le 13 décembre 2014).
  2. Orlando Figes, A People's Tragedy: The Russian Revolution 1891–1924, London, The Bodley Head, 2014, p. 468.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Simon Sebag Montefiore, Le Jeune Staline (titre original : Young Stalin)
  • Yves Daudu, Martov, l'ami de Lénine qui a osé lui dire non, Marianne, 6 août 2017, [lire en ligne].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :