Jules Cloquet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cloquet.
Jules Cloquet
Portrait de Jules Cloquet
légende de l'image
Biographie
Naissance Voir et modifier les données sur Wikidata
à ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès Voir et modifier les données sur Wikidata (à 92 ans)
à ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Thématique
Profession Chirurgien (en), professeur et anatomiste (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions Commandeur de la Légion d'honneur‎ (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Membre de Académie des sciencesVoir et modifier les données sur Wikidata

Germain Jules Cloquet, né le et mort le à Paris, est un anatomiste et chirurgien français.

Aperçu biographique[modifier | modifier le code]

Jules Cloquet était le fils de Jean-Baptiste Cloquet et de Claude Lajude[1]. Il avait un frère, Hippolyte Cloquet, né en 1787. leur père leur enseigna le dessin, notamment au collège Saint-Barbe à Paris, mais ils firent tous les deux des études en médecine pour devenir naturaliste et anatomiste[2], peut-être en lien avec le fait que le célèbre médecin Pierre Bretonneau était un grand ami de Jean-Baptiste Cloquet[3].

Travailleur infatigable, bon dessinateur et anatomiste reconnu par ses pairs, il décrit, dessine et publie des centaines d'éléments d'anatomie normale et pathologique[4].

Il s'intéresse à l'acupuncture qu'il applique à l'hôpital Saint-Louis[5] et à laquelle il consacra un traité[4]. En 1829, il effectue l'ablation d'une tumeur sous sommeil magnétique au cours de laquelle la patiente ne manifeste aucun signe de douleur mais Dominique-Jean Larrey « regrette vivement que son honorable confrère ait pu croire en l'influence magnétique et se soit laissé induire en erreur par de pareilles jongleries. »[6]

Il est l'un des médecins personnels du général Lafayette. Il meurt le 23 février 1883 à son domicile dans le 8e arrondissement de Paris[7]. À sa mort, il laisse une œuvre considérable concernant l'anatomie. Il est le frère du médecin Hippolyte Cloquet (1787-1840).

Œuvres et publications[modifier | modifier le code]

  • De la squelétopée ou de la préparation des os, etc., Paris, 1815.
  • Recherches anatomiques sur les hernies de l’abdomen, Paris, Méquignon-Marvis, 1817.
  • Mémoire sur la membrane pupillaire et sur la formation du petit cercle artériel de l’iris, Paris, 1818.
  • Anatomie des vers intestinaux ascaride, lombricoïde et échinorhynque, 1818.
  • Recherches sur les causes et l’anatomie des hernies abdominales, Paris, Méquignon-Marvis, 1819.
  • De la squelétopée et recherches sur les causes et l'anatomie des hernies abdominales, Paris 1819.
  • « De l’influence des efforts sur les organes renfermés dans la cavité thoracique », in: Nouveau Journal de médecine, T. 6., Saint-Louis, 1819.
  • Anatomie de l’homme ou description et figures lithographiées de toutes les parties de corps humain, 5 volumes, Paris, 1821-1831.
  • Manuel d’anatomie descriptive du corps humain, 1825-1835.
  • Mémoire sur les calculs urinaires, 1822.
  • Pathologie chirurgicale. Plan et méthode qu’il convient de suivre dans l’enseignement de cette science, 1831.
  • Souvenirs sur la vie privée du général Lafayette, 1836, disponible sur Gallica.
  • Mémoire sur une méthode particulière d'appliquer la cautérisation aux divisions anormales de certains organes et spécialement à celles du voile du palais, lu à l'Académie des sciences dans sa séance du 26 février 1855, impr. de E. Thunot (Paris), In-8° , 16 p., disponible sur Gallica.
  • Mémoire sur les concrétions intestinales (entérolithes, égagropiles etc.), 1855.
  • Mémoire sur une méthode particulière d’appliquer la cautérisation aux divisions anormales des certains organes, 1855.
  • Discours prononcé à l'inauguration de la statue du baron Larrey, à Tarbes, le 15 août 1864, au nom de l'Académie des Sciences, de l'Institut et de l'Académie impériale de médecine, 1864,Texte intégral.

Éponymie[modifier | modifier le code]

Buste de Jules Cloquet

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Maurice Genty: « Cloquet Jules-Germain : 1790-1883 », in : Les Biographies médicales. Notes pour servir à l'histoire de la médecine et des grands médecins, Paris , J.-B. Baillière et Fils, 1933, p. 262-276.
  • Gabriel Cloquet: Jules Cloquet, sa vie, ses œuvres, 1790-1883, [Thèse de Médecine de Paris N° 307, 1910], Paris , J. Rousset, 1910, 1 vol. (96 p.-[1] f. pl.) : ill., portr. ; 24 cm.
  • Pierre Berteau: « De Jules Cloquet aux Flaubert », Article intégral en ligne.
  • (en) W. Ramsay Smith: « On the Long Sensory Root of the Ciliary Ganglion as figured by Cloquet », in: J Anat Physiol., 1894 Jul; 28(Pt 4): 408–410, Texte intégral.
  • (en) Loukas, Marios, El-Sedfy Abraham, Tubbs R. Shane, Wartman Christopher: « Jules Germain Cloquet (1790–1883) — Drawing Master and Anatomist », in: The American Surgeon, Volume 73, Number 11, November 2007, pp. 1169-1172(4).
  • (en) L. M. Smith Clark: « Persistent Hyaloid Canal (Canal of Cloquet) in Left Eye », in: Proc R Soc Med., 1930 Mar; 23(5): 617–618, Texte intégral.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Autres sources (archivistiques)[modifier | modifier le code]

Les Archives nationales de France conservent sous la cote MC/ET/CXVIII/912 un dossier relatif à l’impression de son ouvrage « Anatomie de l’homme (...) » paru en cinq volumes entre 1821 et 1831.