Hippolyte Cloquet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Hippolyte Cloquet
Hippolyte Cloquet.jpg
Hippolyte Cloquet
Biographie
Naissance
Décès
Abréviation en botanique
CloquetVoir et modifier les données sur Wikidata
Abréviation en zoologie
CloquetVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Fratrie
Autres informations
Membre de

Hippolyte Cloquet est un médecin et naturaliste français, né le à Paris et mort le dans cette même ville.

Biographie[modifier | modifier le code]

Joseph-Hippolyte Cloquet est le fils du dessinateur Jean-Baptiste-Antoine Cloquet et de Claude Lajude. Il est le frère ainé du médecin et anatomiste Jules Cloquet.

Reçu à l'internat des Hôpitaux de Paris en 1809, il est récompensé en 1810 d'un prix d'anatomie et de physiologie. Il a notamment comme professeur d'anatomie André-Marie Constant Duméril qui l'emploiera comme secrétaire dans ses tournées de jurys de médecine de 1812 à 1816 et qui fera appel à lui pour soigner ses enfants[1].

Il obtient son titre de docteur en médecine à la Faculté de Paris en février 1815 à la suite de sa thèse, Dissertation sur les odeurs, sur le sens et les organes de l'olfaction[1]. Il devient ensuite aide de clinique interne puis professeur de la Faculté, enfin professeur particulier d’anatomie. En 1823, il est fait agrégé et membre de l’Académie de médecine.

Il décède en 1840 des complications liées à son alcoolisme.

Son fils ainé Louis-André Ernest Cloquet, né en 1818, suivit un parcours universitaire identique et devint médecin d'une délégation diplomatique en Iran[2].

Travaux sur l'olfaction et la rhinologie[modifier | modifier le code]

Cloquet est le premier médecin à se consacrer à une étude approfondie de l'odorat.

En 1815, il fut le premier à reconnaitre la nature moléculaire chimique des odeurs, élaborant une théorie fonctionnelle de la muqueuse pituitaire qui se révélera correcte. Il décrit une classification des odeurs et l'anatomie des fosses nasales, des sinus, du nez et des muscles permettant sa mobilisation.

En 1821, il publie le premier véritable traité complet de rhinologie[2].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Mémoires en réponse à l'une des questions proposées au concours pour la place du chef des travaux anatomiques de la Faculté de médecine de Paris, par messieurs Beauchêne, Rullier, Cloquet, Béclard (Didot jeune, Paris, 1812).
  • Pour l'Encyclopédie méthodique, il achève la partie consacrée aux Mammifères et oiseaux ,commencée par Félix Vicq d'Azir (1748-1794) (Panckoucke, Paris, 1819).
  • Dictionnaire raisonné des termes d'anatomie et de physiologie (Panckoucke, Paris, 1823).
  • Reptiles, poissons, mollusques, crustacés, annélides, arachnides, insectes, radiaires (Panckoucke, Paris, 1830).
  • Faune des médecins, ou Histoire des animaux et de leurs produits considérés sous le rapport de la bromatologie et de l'hygiène en général, de la thérapeutique, de la pharmacologie et de la toxicologie (Crochard, Paris, 1822-1828).
  • Il participe au Nouveau dictionnaire de médecine, chirurgie, pharmacie, physique, chimie, histoire naturelle, etc. de Mathieu Orfila (Méquignon-Marvis, Crochard, Gabon, Paris, 1821-1822).
  • 1821 : Osphrésiologie, ou Traité des odeurs, du sens et des organes de l'Olfaction, monographie complète de l'anatomie, de la physiologie. de la psychologie et de la pathologie de l'organe olfactif et de ses fonctions.
  • Traité complet de l'anatomie de l'homme comparée dans ses points les plus importans à celle des animaux, Paris, Brégeaut & Cie, (lire en ligne).

Botanique[modifier | modifier le code]

Il est l'auteur de la description valide de Vetiveria odoratissima Bory ex Cloquet, nom toutefois synonyme de Chrysopogon zizanioides (L.) Roberty


Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cloquet est l’abréviation botanique standard de Hippolyte Cloquet.

Consulter la liste des abréviations d'auteur ou la liste des plantes assignées à cet auteur par l'IPNI