Jules-François Crahay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jules-François Crahay
Nom de naissance Jules-François Crahay
Naissance
Liège, Drapeau : Belgique Belgique
Décès (à 70 ans)
Monte-Carlo, Drapeau de MonacoPrincipauté de Monaco
Nationalité Belge
Profession

Jules-François Crahay est un couturier né à Liège (Belgique) le et mort à Monte-Carlo le . Il est connu pour ses créations mélangeant habituellement le drapé et le tailleur, le « Flou » et le « Strict »[n 1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Jules-François Crahay né à Liège d'un père industriel et d'une mère, Françoise, qui tient une maison de couture. Il étudie à Paris dans les années 1930 puis retourne en Belgique travailler avec sa mère[1]. Fait prisonnier pendant la Guerre, il ouvre sa propre Maison en 1951 à Paris avec Germaine de Vilmorin, mais ce n'est pas un succès[2]. Engagé par Robert Ricci, il rejoint la Maison Nina Ricci et y reste une dizaine d'années ; au départ pour seconder Nina Ricci, il va peu à peu s'occuper de la création de tous les modèles[3]. Son premier succès, il l'obtint dans cette Maison en 1959 quand il présente la collection féminine « Tomboy ». Par la suite, il intègre Lanvin durant une vingtaine d'années. Sa collection de 1964 est également très remarquée[4]. Maryll Lanvin lui succédera. De 1985 à 1988 est présentée une collection Jules-François Crahay au Japon dans le cadre d'un contrat avec l'entreprise Itokin gérant déjà la licence de la marque française Courrèges dans ce pays.

Il obtient, durant sa carrière, trois fois le Dé d'or pour la créativité de ses collections. Pour sa retraite, il termine ses jours dans le sud de la France. Il meurt en d'une attaque cardiaque.

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • Neiman Marcus award, Dallas, 1962
  • Maison Blanche award
  • New Orleans, 1963
  • Dé d'Or, 1977, 1981 et 1984

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le Flou et le Strict sont les termes habituels correspondant aux deux ateliers de confection indispensables à tout couturier réalisant de la haute couture.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Maurice Bensimon, « Jules-François Crahay », L'Officiel de la mode, no 705,‎ , p. 370 à 371 (ISSN 0030-0403, lire en ligne)
  2. (en) Bernadine Morris, « JULES-FRANCOIS CRAHAY, DESIGNER », sur nytimes.com, The New York Times, (consulté le 8 décembre 2012)
  3. Catherine Örmen (préf. Inès de La Fressange), Un siècle de mode, Paris, Éditions Larousse, coll. « Les documents de l'Histoire », , 128 p. (ISBN 978-2-03-587455-9, présentation en ligne), « Nina Ricci, un parfum de féminité », p. 38 à 41
  4. (en) « Known for Sumptuous, Ladylike Outfits : Jules-Francois Crahay; Lanvin Couturier », sur latimes.com, Los Angeles Times, (consulté le 8 décembre 2012)

Lien externe[modifier | modifier le code]